Liens d'accessibilité

Fusillade dans l'Oregon : un tueur taciturne aux motifs encore flous


Une veillée en mémoire des victimes a été organisée à Roseburg, ville où une fusillade a fait dix morts dans une université.

Une veillée en mémoire des victimes a été organisée à Roseburg, ville où une fusillade a fait dix morts dans une université.

Les motifs du tireur, qui a abattu neuf personnes sur un campus de l'ouest des Etats-Unis, restent mystérieux. Des bribes de biographies font apparaitre un jeune homme taciturne. L'Amérique, elle, se déchire sur le contrôle des armes à feu, comme après chaque massacre.

La police s'est rendue "chez le tireur, mais il est trop tôt pour dire quel était son motif", a déclaré le shérif du comté local, John Hanlin, vendredi matin sur CNN.

Il a refusé de prononcer le nom du tireur, qui est mort lors d'un échange de coups de feu avec les forces de l'ordre sur les lieux du crime, l'université d'Umpqua, à une dizaine de kilomètres de la petite ville de Roseburg dans l'Oregon.

Selon les médias, il s'agit de Chris Harper Mercer. Un jeune homme de 26 ans.

Il est compté dans le bilan de dix morts donné par la police. Dix autres personnes ont été blessées, selon un bilan mis à jour vendredi par l'hôpital local.

Le shérif a indiqué que le tueur a été abattu par la police parce qu'il était "armé jusqu'aux dents" et tirait sur les agents.

Il n'a pas confirmé si, comme le rapportent plusieurs médias, le tueur avait demandé aux étudiants de dire s'ils étaient chrétiens avant d'abattre ceux qui répondaient oui, un à un, dans leur salle de classe.

Paniqués, les étudiants de cette université spécialisée dans la formation continue se sont protégés comme ils pouvaient.

Mais l'un d'eux, un ancien de l'armée de terre, Chris Mintz, a choisi de faire face au tueur. "Il tente de bloquer la porte pour empêcher le tireur d'entrer, se fait tirer dessus trois balles, tombe par terre, regarde le tireur et lui dit +c'est l'anniversaire de mon fils aujourd'hui", et se fait tirer dessus deux fois de plus", a raconté sa tante à CBS. Il a survécu mais "va devoir réapprendre à marcher", a dit Wanta Mintz.

Le tireur avait trois ou quatre armes, selon les médias, dont au moins un fusil et des pistolets.

- "Plein de haine" -

"Il semble s'agir d'un jeune homme en colère, plein de haine", a confié un policier au New York Times.

Crâne rasé, bottes militaires, pantalon de treillis et t-shirt blanc: il s'habillait tous les jours de la même façon, ont assuré des voisins au journal, le décrivant comme étant un jeune homme anxieux et taciturne, qui vivait avec sa mère.

Mary Moore, aide-soignante de 57 ans, vit dans l'appartement juste au-dessus de celui de Chris Harper Mercer, dont la police a interdit l'accès, protégé par un ruban jaune de sécurité. Elle se disait "bouleversée, choquée".

Le portait du tueur restait pourtant flou vendredi, sa demi-soeur, Carmen Nesnick, peignant une toute autre image sur CBS: "Il plaçait toujours les autres avant lui. Il voulait que tout le monde soit heureux", a-t-elle témoigné, assurant que son demi-frère, par alliance, n'était pas anti-religieux et que sa famille était chrétienne.

Chris Harper Mercer serait né au Royaume-Uni avant de déménager, enfant, aux Etats-Unis, a-t-elle indiqué, précisant que sa mère à elle avait épousé le père du tueur il y a quelques années.

Le père du tireur, Ian, s'est dit "choqué" devant les médias.

Le maire de Roseburg, bourgade rurale et tranquille, a dénoncé un crime "insensé". Des dizaines de personnes, beaucoup en larmes, se sont recueillies jeudi soir autour d'une veillée aux chandelles.

Jeff Thompson, 31 ans, ne se dit toutefois pas surpris, car "les gens ont des armes ici, c'est la campagne. Il y en a qui s'énervent, qui sont fous".

Les fusillades sont très fréquentes dans les lycées et universités aux Etats-Unis.

Ce dernier massacre relance une nouvelle fois le débat sur les armes. Il a provoqué la réaction outrée du président Barack Obama qui fait face au blocage du Congrès, et à l'opposition féroce du lobby des armes à feu, pour mettre en place une législation plus ferme.

"Nous sommes en guerre", a réagi dans USA Today vendredi le père d'une journaliste abattue en plein direct en août avec son caméraman par un ancien collègue. "C'est une guerre entre des gens responsables, rationnels, et des fanatiques égoïstes; une guerre entre le bien et le mal."

Avec AFP

XS
SM
MD
LG