Liens d'accessibilité

Tête à tête entre Mahmoud Abbas et Barack Obama ce jeudi


Aprés Tel-Aviv, Barack Obama est attendu à Ramallah et Bethléem

Aprés Tel-Aviv, Barack Obama est attendu à Ramallah et Bethléem

Le président Barack Obama, actuellement en tournée au Moyen Orient, doit s’entretenir jeudi à Ramallah avec le président palestinien Mahmoud Abbas, qui doit également l'escorter pour une brève visite de la basilique de la Nativité à Bethléem. Le Premier ministre Salam Fayyad devrait également participer aux pourparlers.

M. Obama a déclaré mercredi après son arrivée en Israël qu'il veut parler directement au peuple israélien et à ses voisins de sa conviction que « la paix doit venir de la Terre sainte ».

La réception risque d’être moins chaleureuse en Cisjordanie que celle reçue mercredi en Israël, première escale du président américain. Il faut dire que les dirigeants palestiniens estiment que M. Obama n’a guère fait avancer le processus de paix israélo-palestinien, et n’a pas suffisamment protesté contre l’expansion inexorable des colonies de peuplement juives en territoires palestiniens occupés. Ce qui, de l’avis des palestiniens, rend leur rêve d’accéder à l’indépendance toujours plus incertain.

Avant même son départ de Washington, le président Obama avait fait savoir qu’il ne serait porteur d’aucune nouvelle initiative de paix, mais aurait un message pour ses hôtes. Selon son secrétaire de presse-adjoint, Josh Earnest, ce message « est que la paix entre Israéliens et Palestiniens reste une priorité pour le président. C’est quelque chose qu’il est prêt – que les Etats-Unis sont prêts – à appuyer énergiquement, si ce dialogue est prêt de commencer », a dit M. Earnest.

Lors de ses entretiens avec le président palestinien Mahmoud Abbas, M. Obama discutera de toute évidence du conflit israélo-palestinien. « Je considèrerai comme un succès le fait qu’à mon retour vendredi, je serai en mesure de me dire à moi-même que j'ai une meilleure compréhension des contraintes » a-t-il déclaré lors d’un point de presse mercredi, aux côtés du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

M. Obama a reconnu qu'il aurait pu être plus « habile » dans ses efforts pour forger un accord de paix au Moyen-Orient au cours de son premier mandat. Répondant à la question d'un journaliste à Jérusalem, le président américain a déclaré que le processus de paix israélo-palestinien n'a pas progressé depuis deux ans et demi.

Il a qualifié la problématique de la paix entre Israël et les Palestiniens de problème très difficile, qui nécessite que les choses se mettent en place au bon moment, et que les acteurs clés sachent saisir l'opportunité.

Des manifestations sporadiques ont éclaté en Cisjordanie et dans la bande de Gaza cette semaine, des Palestiniens accusant M. Obama de ne pas faire assez pour freiner l’expansion des colonies juives. En 2009, le président américain avait carrément dit à Israël d’arrêter la construction des colonies, avant de passer le phénomène sous silence. Il n’y a pas fait allusion mercredi.

En début de semaine, des affiches à l’effigie d’Obama ont été vandalisées dans les villes de Ramallah et de Bethléem, en Cisjordanie. Sur les média sociaux, des Palestiniens ont laissé éclater leur colère et leur anti-américanisme.
XS
SM
MD
LG