Liens d'accessibilité

Annulation de la braderie internationale de Lille


Police française et brigade anti-criminalité (BAC) à Argenteuil dans le nord de Paris en France, le 21 Juillet 2016

Police française et brigade anti-criminalité (BAC) à Argenteuil dans le nord de Paris en France, le 21 Juillet 2016

La plus grande braderie d'Europe prévue en septembre a été "annulée" par crainte d'un nouvel attentat après la série d'attaques en France.

"C'est un problème de responsabilité morale. (...) Je pense donc qu'il faut suspendre la braderie de 2016", a expliqué vendredi la maire de la ville, Martine Aubry. En 2015, cette brocante avait attiré près de 2,5 millions de visiteurs.

Feux d'artifice, meeting aérien, fêtes populaires..., toute une série d'évènements festifs ont été ainsi annulés en France ces derniers jours, après l'attentat meurtrier du 14 juillet à Nice (sud-est), le jour de la fête nationale.

Un Tunisien avait fauché avec son camion une foule venue assister à un feu d'artifice sur le bord de mer, faisant 85 morts et 434 blessés. L'attaque -sur un mode d'action inédit- avait été revendiquée par le groupe Etat islamique, qui a menacé la France de nouvelles actions.

Douze jours plus tard, un prêtre était égorgé dans son église à Saint-Etienne-du-Rouvray (nord-ouest), suscitant un nouveau choc dans le pays. En juin, deux fonctionnaires de police avaient été tués au couteau à leur domicile de la région parisienne.

"Nous avons vraiment tout fait pour" accroître la sécurité, "mais il y a des risques que nous n'arrivons pas à réduire. C'est une décision douloureuse", a reconnu la maire socialiste de Lille.

"A un moment, nonobstant nos passions, nos convictions, il faut dire stop à un modèle qui est dépassé par les exigences de sécurité", a plaidé pour sa part le préfet Michel Lalande, représentant de l'Etat dans la région. "La décision de suspendre (la braderie) est prise (...) en raison de son modèle hyper-urbain, avec ses rues pleines de monde", a-t-il précisé.

-"un coup très dur"-

La braderie de Lille devait se tenir le week-end du 3 et 4 septembre. Ce devait être "deux jours et une nuit de folie!", soulignait la mairie sur son site internet, avec 10.000 vendeurs exposant sur 100 km de trottoirs dans les rues de la ville.

En raison des "camionnettes qui entrent en permanence sur les lieux", du "fort volume de marchandises" et de la "présence massive d'un certain nombre de personnes dans un périmètre restreint", l'annulation "était la seule décision raisonnable", ont expliqué les autorités françaises.

Pour la prochaine braderie, elles avaient prévu de réduire le périmètre des exposants tout en augmentant la présence policière ou en interdisant encore toute présence de bonbonnes de gaz, mais ces mesures ont été jugées insuffisantes pour garantir la sécurité.

"Faire la braderie avec des tireurs d'élite sur tous les toits, des CRS (policiers) à chaque coin de rue et des hélicoptères et des drones qui tournent partout, pour moi ce n'est pas l'esprit de la braderie", a estimé Mme Aubry.

Ce "carnaval du commerce", devenu le plus grand vide-grenier d'Europe, puise son origine au Moyen-Age. Il a pris les traits d'un évènement international depuis une vingtaine d'années.

L'Union des métiers et industries de l'hôtellerie a vivement critiqué la décision d'annulation, qualifiée de "brutale" et d'"incompréhensible". "C'est un coup très dur, en termes économiques et en termes d'image renvoyée, notamment à l'étranger", a jugé son président, Thierry Grégoire.

Les 21 et 22 décembre 2014, la France avait connu des agressions -passées alors relativement inaperçues- commises au moyen de véhicules lancés contre des piétons. En janvier 2015, 17 personnes sont mortes lors d'un triple attentat, contre un journal satirique, Charlie Hebdo, des policiers, et des juifs pris en otages dans un magasin casher.

D'autres attaques ont suivi jusqu'au 13 novembre 2015, où 130 personnes sont décédées lors d'une série d'attentats simultanés à Paris, aux abords d'un stade de football, sur des terrasses de café et dans la salle de spectacles du Bataclan.

Les attentats n'ont depuis lors pas cessé. Avec ce nouvel été meurtrier, la menace terroriste n'a jamais été aussi élevée en France, selon les autorités.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG