Liens d'accessibilité

Terreur à Kampala


Les militants somaliens ont brandi des menaces durant plusieurs semaines dans le but de forcer l’Ouganda à retirer sa force de la paix, qui compte à peu près 3 600 soldats. Les menaces furent renouvelées quelques jours avant l’attaque, lorsque l’Ouganda et plusieurs autres pays de l’Afrique de l’Est s’étaient engagés à envoyer 2000 soldats supplémentaires.

Les autorités en Ouganda continuent de rechercher les responsables des deux attentats à la bombe qui ont tué plus de 70 personnes réunies dans un club de sport et un restaurant populaire pour suivre la finale de la Coupe du monde a la télévision. Lié par une amitié de longue-date au peuple ougandais, le peuple des Etats-Unis est profondément attristé par les pertes de vies résultant de ces actes lâches et déplorables.

Toutefois, les attentats constituaient plus qu’une attaque contre l’Ouganda et ses citoyens. Si les revendications de responsabilité du groupe militant somalien s’avèrent crédibles, les attentats visaient aussi tous ceux qui soutiennent l’effort international de stabilisation de cette région troublée. Par ailleurs, c’était aussi une attaque contre la solidarité africaine illustrée par l’Ouganda et d’autres membres de l’Union Africaine œuvrant dans le but de résoudre les problèmes africains avec des solutions africaines.

Avec l’appui des soldats de la paix, le gouvernement fédéral de transition somalien cherche à stabiliser la capitale du pays, Mogadiscio. Des éléments clefs de la force de l’UA, connus sous le nom d’AMISOM, sont fournis par l’Ouganda et son voisin, le Burundi, qui doivent être loués pour leurs efforts.

Au contraire, les militants somaliens ont brandi des menaces durant plusieurs semaines dans le but de forcer l’Ouganda à retirer sa force de la paix, qui compte à peu près 3 600 soldats. Les menaces furent renouvelées quelques jours avant l’attaque, lorsque l’Ouganda et plusieurs autres pays de l’Afrique de l’Est s’étaient engagés à envoyer 2000 soldats supplémentaires.

La portée des attaques terroristes dans une ville connue pour son calme relatif est soulignée par la longue liste de citoyens venant d’autres pays, tués lors de l’évènement sportif le plus important du monde. Les attentats peuvent aussi être perçus comme un avertissement à l’Union Africaine, qui tiendra son sommet annuel plus tard ce mois-ci à Kampala.

Le président Ougandais Yoweri Museveni demeure cependant ferme, et il est probable que ses homologues de l’UA le seront aussi. A la demande des officiels ougandais, les Etats-Unis feront tout leur possible aussi, envoyant des enquêteurs pour aider à retrouver les auteurs des attentats, et fournissant toute autre assistance qui s’avérerait nécessaire.

XS
SM
MD
LG