Liens d'accessibilité

Guinée : vives tensions après la victoire de Condé au second tour


Des partisans d'Alpha Condé expriment leur joie à Conakry

Des partisans d'Alpha Condé expriment leur joie à Conakry

En dépit de ces tensions, les partisans d’Alpha Condé l’ont acclamé, mardi, alors qu’il effectuait une tournée dans plusieurs quartiers de la capitale.

Les forces de sécurité guinéennes sont en alerte maximum à Conakry, la capitale, depuis qu’Alpha Condé a été désigné vainqueur de l’élection Présidentielle, lundi. Des violences postélectorales ont fait au moins 66 blessés. Les manifestations ont été interdites et la junte militaire a prévenu qu’elle ne permettra qu’aucune violence ne vienne perturber la transition vers un régime civil.

En dépit de ces tensions, les partisans d’Alpha Condé l’ont acclamé, mardi, alors qu’il effectuait une tournée dans plusieurs quartiers de la capitale. Selon la Commission Electorale, il a obtenu 52,5% des votes contre 47,5 pour Cellou Dalein Diallo.

Cellou Dalein Diallo durant la campagne électorale

Cellou Dalein Diallo durant la campagne électorale

Ce dernier compte contester ces résultats. Il dit que ses partisans ont été harcelés par les forces de sécurité, mais a toutefois réitéré son appel au calme.

Alpha Condé, qui a connu la prison, une condamnation à mort et l’exil, est en passe de devenir le premier président démocratiquement élu du pays après plus de 50 ans de dictature et de régimes militaires.

Agé de 72 ans, Condé avait mené campagne pour l’indépendance de la Guinée, qui est intervenue en 1958. Il s’installera ensuite en France pour enseigner à la Sorbonne et dirigera un mouvement d’étudiants ouvertement opposé au régime de Sékou Touré, le premier président guinéen.

Une affiche de campagne d'Alpha Condé

Une affiche de campagne d'Alpha Condé

Condamné à mort par contumace, Alpha Condé regagne la Guinée en 1991 après la mort du président Touré. Il a brigué la présidentielle à deux reprises sous le président Lansana Conté. Accusé de tentative de renverser le pouvoir, Alpha Condé sera emprisonné durant la campagne électorale de 1998.

Après sa libération, il n’a cessé d’appeler à des élections libres et transparentes, d’abord sous le défunt président Conté, puis sous les militaires qui ont pris le pouvoir il y a deux ans.

XS
SM
MD
LG