Liens d'accessibilité

Décision du TAS sur la suspension de Sharapova repoussée à septembre


Maria Sharapova de la Russie renvoie un coup droit à Serena Williams des Etats-Unis lors de leur match de l’Open de quart de finale des championnats de tennis d'Australie à Melbourne, en Australie, 26 janvier, 2016. (AP Photo / Rick Rycroft)

Maria Sharapova de la Russie renvoie un coup droit à Serena Williams des Etats-Unis lors de leur match de l’Open de quart de finale des championnats de tennis d'Australie à Melbourne, en Australie, 26 janvier, 2016. (AP Photo / Rick Rycroft)

La décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) concernant l'ancienne N.1 mondiale russe Maria Sharapova, suspendue pour deux ans pour dopage (meldonium), a été repoussée au mois de septembre, a annoncé le TAS lundi.

Le TAS devait initialement rendre sa décision avant le 18 juillet sur ce dossier Sharapova, qui souhaitait bénéficier d'une annulation ou d'une réduction de sa suspension pour pouvoir participer aux jeux Olympiques de Rio (5-21 août) pour lesquels elle avait été sélectionnée par la Fédération russe de tennis.

"A la demande des parties, qui souhaitaient bénéficier de davantage de temps pour apporter des éléments répondant aux différentes interrogations, les parties sont tombées d'accord pour ne pas précipiter l'appel. Une décision est attendue avant le 19 septembre", a indiqué le TAS dans un communiqué.

La joueuse russe a été suspendue deux ans par la Fédération internationale de tennis (ITF) le 8 juin pour avoir pris du meldonium, un médicament inscrit depuis janvier sur la liste des produits prohibés.

Le meldonium, principalement utilisé dans la prévention des infarctus, y est classé parmi les hormones et modulateurs métaboliques (groupe S4) depuis le 1er janvier 2016.

La "Tsarine", âgée de 29 ans, avait été sélectionnée par la Fédération russe de tennis malgré son contrôle positif, révélé en mars. Elle espérait être blanchie et pouvoir ainsi participer aux Jeux de Rio.

Sharapova avait annoncé elle-même son contrôle positif le 7 mars à Los Angeles et reconnu qu'elle avait bien continué à consommer du meldonium en 2016. Elle avait admis ne pas avoir pris connaissance de la liste des nouveaux produits interdits.

La Russe, lauréate de cinq tournois du Grand Chelem, avait expliqué qu'elle prenait ce médicament sur prescription médicale depuis dix ans pour traiter "un déficit en magnésium, une arythmie cardiaque et des cas de diabète dans (sa) famille".

La date du début de la suspension de Sharapova a été fixée au 26 janvier 2016, jour où l'ancienne N.1 mondiale a été contrôlée positive à l'Open d'Australie. Si le TAS confirme la décision initiale, elle ne pourra donc pas rejouer jusqu'au 25 janvier 2018.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG