Liens d'accessibilité

Témoignage clé sur la mort de Sankara : « Il est sorti les mains en l’air et il a été criblé de balles ».


Des posters à l’effigie de Thomas Sankara sont vendus comme de petits pains sur la place des martyrs dans le quartier Tampouy dans le nord-ouest de Ouagadougou où plusieurs milliers de personnes se sont réunies pour commémorer le 28eme anniversaire de l’a

Des posters à l’effigie de Thomas Sankara sont vendus comme de petits pains sur la place des martyrs dans le quartier Tampouy dans le nord-ouest de Ouagadougou où plusieurs milliers de personnes se sont réunies pour commémorer le 28eme anniversaire de l’a

« Avant de sortir de la salle, il nous a dit, c’est de lui qu’on a besoin. Et il a tiré sa chemise vers le bas et il est sorti les mains en l’air », dit de Sankara, Alouna Traoré le seul survivant du coup d’Etat du 15 octobre 1987.

On l’appelle « l’homme le plus chanceux du monde » pour être sorti miraculeusement indemne du massacre du coup d’Etat du 15 octobre 1987.

Alouna Traoré, le seul survivant du coup d'Etat du 15 octobre 1987 lors d'une cérémonie d'hommage à Thomas Sankara, Ouaga 15 oct. 2015. Photo Bagassi Koura

Alouna Traoré, le seul survivant du coup d'Etat du 15 octobre 1987 lors d'une cérémonie d'hommage à Thomas Sankara, Ouaga 15 oct. 2015. Photo Bagassi Koura

Cet après-midi là, Sankara et certains de ses collaborateurs sont en pleine séance de travail lorsqu’ils sont pris d’assaut par un commando de militaires armés. Bilan 13 morts.

Mais une personne a pu sortir indemne de cet assaut. Il s’agit d’Alouna Traoré qui était alors un proche collaborateur de Sankara. Notre envoyé spécial Bagassi Koura a retrouvé ce témoin exceptionnel à Ouagadougou.Dans cet entretien, il revient sur l’attaque qui a couté la vie au père de la Révolution burkinbè.

« Pour la petite histoire, moi je suis allé en mission le 14 et le 15 a notre rencontre de 16h00, je devais faire le compte-rendu de ma mission, explique t-il. A peine j’ai eu le temps de commencer, on a entendu des crépitements de balles ».

« Le leader de la Révolution a été abattu a bout portant. Il était le premier à sortir de la salle, il a été criblé de balles » et les autres ont subi le même sort, explique M. Traoré qui vit désormais retirer hors de Ouagadougou depuis des années.

« Avant de sortir de la salle, il nous a dit, c’est de lui qu’on a besoin. Et il a tiré sa chemise vers le bas et il est sorti les mains en l’air. Il n’a tiré sur personne », dit-il au sujet du Capitaine Sankara.

Comment a t-il pu s’en sortir ? « Je ne sais pas. C’est le seigneur. J’étais le dernier à sortir de la salle. Je pense que nos assaillants ont dit « le travail est fini ». Franchement je ne sais pas ».

Plusieurs milliers de personnes se sont réunies à la place des martyrs dans le quartier Tampouy dans le nord-ouest de Ouagadougou pour commémorer le 28eme anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara, le père de la révolution burkinabè mort le 15 octobr

Plusieurs milliers de personnes se sont réunies à la place des martyrs dans le quartier Tampouy dans le nord-ouest de Ouagadougou pour commémorer le 28eme anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara, le père de la révolution burkinabè mort le 15 octobr

Jeudi 15 octobre 2015, plusieurs milliers de personnes se sont réunies à la place des martyrs de Tampouy dans le nord de la capitale burkinabè pour commémorer le 28eme anniversaire de la mort de Thomas Sankara.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG