Liens d'accessibilité

Les magistrats suspendent leur grève au Tchad


Crise financière au Tchad, le 10 septembre 2016. (VOA/André Kodmadjingar)

Crise financière au Tchad, le 10 septembre 2016. (VOA/André Kodmadjingar)

Les magistrats viennent de suspendre leur grève sèche qui avait démarrer il y a un mois. La décision a été prise lundi matin au cours d'une assemblée générale.

Pour Allaraketé Sanéngar, le président du syndicat des magistrats du Tchad, cette suspension d’un mois vise à donner au chef de l’Etat Idriss Deby, du temps pour examiner leurs doléances.

La grève des magistrats avait été lancée au lendemain d'un appel de la plateforme de revendication syndicale touchant le secteur de l’éducation et de la santé.

Les magistrats ont d’abord observé une grève sèche une période de deux semaines à partir de vendredi 28 octobre 2016.

Appel à la participation d'une ville morte

Le FONAC - Front de l'opposition nouvelle pour l'alternance et le chargement -maintient son mot d'ordre de ville morte pour le 22 novembre sur toute l'étendue du territoire.

Déjà le mouvement citoyen "Iyna", qui en arabe local veut dire "ça suffit", appelle la population a observé ce mot d'ordre.

Ce mouvement citoyen soutient également la marche pacifique des femmes syndicalistes de l'union des syndicats du Tchad prévue pour la fin du mois de novembre et entend organiser une journée de funérailles du régime au pouvoir le 1er décembre 2016.

André Kodmadjingar, correspondant à N’Djamena

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG