Liens d'accessibilité

Tchad: deux députés mis en examen après un complot présumé contre le pouvoir


Des enfants réfugiés ayant fuit le conflit au Darfour dans l'ouest du Soudan, dans le camp de Djabal près de Gos Beida dans l'est du Tchad, le 19 juin 2008 (Reuters)

Des enfants réfugiés ayant fuit le conflit au Darfour dans l'ouest du Soudan, dans le camp de Djabal près de Gos Beida dans l'est du Tchad, le 19 juin 2008 (Reuters)

Gali Ngoté Gata, député de l'opposition, et Routouang Yoma Galom, député du parti au pouvoir, ont été inculpés.

Les deux personnalités avaient été placées en garde à vue mercredi dans le cadre de l'enquête sur la tentative de déstabilisation avortée la semaine dernière.

Mercredi, le député d'opposition Ngarlejy Yorongar a également été entendu avant de regagner son domicile. Trois fois candidat à la présidentielle, M. Yorongar faisait partie des trois opposants arrêtés en février 2008.


Mardi, la police s'est également rendue au domicile du député et chef de file de l'opposition Saleh Kebzabo à N'Djamena, qui était alors en déplacement en Afrique du Sud.


La semaine dernière, au moins trois personnes ont été tuées dans le cadre d'un complot présumé que les autorités assurent avoir déjoué. Un nombre indéterminé de personnes ont été arrêtées, dont deux députés, un de l'opposition et un du parti au pouvoir.


Le 1er mai, le gouvernement a annoncé dans un communiqué qu'un "groupuscule d'individus mal intentionnés a cherché à mener une action de déstabilisation contre les institutions de la République". Le procureur de la République à N'Djamena, Mahamat Saleh, avait précisé que "des personnalités militaires et civiles" avaient été arrêtées.

Mercredi, le président tchadien Idriss Déby Itno a démenti une quelconque "chasse aux sorcières" contre l'opposition.

XS
SM
MD
LG