Liens d'accessibilité

Le chef du Front al-Nosra annonce la rupture avec Al-Qaïda


Abu Mohammad al-Jolani chef du Front Al-Nusra

Abu Mohammad al-Jolani chef du Front Al-Nusra

Le chef du Front al-Nosra, Abou Mohammad al-Jolani, a annoncé que cette branche syrienne d'Al-Qaïda rompait ses liens avec le réseau jihadiste, lors d'une apparition inédite sur un enregistrement diffusé jeudi par la chaîne de télévision Al-Jazeera.

"Nous avons décidé d'arrêter d'opérer sous le nom de Front al-Nosra et de recréer un nouveau groupe (...) portant le nom de Front Fateh al-Cham (Conquête de la Syrie, en arabe)", a indiqué le chef du deuxième plus important groupe jihadiste en Syrie.

Il a affirmé que ce nouveau groupe "n'a aucun lien avec des parties étrangères".

Abou Mohammad al-Jolani a expliqué que cette décision visait à "faire taire les prétextes avancés par la communauté internationale et à sa tête les Etats-Unis et la Russie pour bombarder (...) les musulmans en Syrie tout en prétendant viser" le groupe, classé "terroriste" par Washington.

Cette annonce majeure intervient en effet une semaine après l'accord des chefs des diplomaties russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, sur la lutte commune contre Al-Nosra et l'EI.

Al-Jolani a souligné que cette décision "visait à protéger la révolution syrienne" et a promis d'"unir les efforts avec les combattants menant le jihad afin de libérer la Syrie des oppresseurs

L'expert en groupes jihadistes Charles Lister a tweeté avant l'annonce que l'objectif, pour al-Nosra, était de "s'incruster davantage dans la révolution syrienne et de garantir son avenir à long terme".

Le Front al-Nosra est le plus important groupe jihadiste en Syrie après son grand rival, l'organisation ulraradicale Etat islamique (EI).

Avec Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) et Al-Qaïda au Maghreb (AQMI), Al-Nosra est aussi l'un des plus puissants groupes membres du réseau fondé par Oussama Ben Laden --auquel il a prêté allégeance en 2013--.

Al-Nosra est apparu officiellement en janvier 2012, soit dix mois après le début de la révolte pacifique contre le régime de Bachar al-Assad, réprimée dans le sang, qui s'est transformée en conflit dévastateur.

La grande différence entre Al-Nosra et l'EI réside dans le fait que le premier est allié avec les rebelles combattant les troupes de M. Assad et s'est constitué un soutien populaire, tandis que l'EI combat tous ceux qui ne lui prêtent pas allégeance.

Al-Nosra est allié avec les rebelles dans la province d'Alep (nord) mais surtout dans celle d'Idleb (nord-ouest) sous une coalition portant le nom de Jaich al-Fatah (Armée de la conquête).

Avec AFP.

XS
SM
MD
LG