Liens d'accessibilité

Syrie : les rebelles lâchent pied à Alep, les civils désespérés


Des rebelles passent des bâtiments en ruine à al-Rai town, au nord d'Alep, Syrie, le 2 octobre 2016.

Des rebelles passent des bâtiments en ruine à al-Rai town, au nord d'Alep, Syrie, le 2 octobre 2016.

Les rebelles ont perdu le tiers de leur bastion d'Alep-Est face aux forces du régime syrien, qui espère faire rapidement tomber le principal bastion de l'opposition où les habitants fuient, affrontent la peur, la faim et le froid.

Une perte d'Alep-Est infligerait aux différents groupes insurgés -allant des "modérés" aux islamistes alliés à des dihadistes- leur pire défaite depuis le début du conflit syrien en 2011.

Des milliers de civils fuyaient les bombardements dévastateurs et les combats de rue après avoir résisté au siège imposé depuis juillet au secteur rebelle par le régime, qui est soutenu par son puissant allié russe.

"Ce sont les pires jours depuis le début du siège. La situation est catastrophique. Il y a un exode massif et le moral est au plus bas", a témoigné Ibrahim Abou Laith, porte-parole des Casques blancs, le service des secouristes en zone rebelle d'Alep.

'Souffrance indescriptible'

"Il n'y a ni nourriture, ni eau, ni abri, ni moyens de transport (...) les gens dorment dans la rue", a-t-il ajouté à l'AFP, la voix brisée. "Ma souffrance est indescriptible (...) Jusqu'à quand le monde sera contre nous?", s'est-il exclamé, en référence au silence international.

Des milliers d'habitants ont fui les zones rebelles et se sont rendus, souvent sans bagages, en zone gouvernementale. D'autres familles se sont réfugiées dans des quartiers encore contrôlés par les rebelles où des résidents leur ont donné des couvertures pour affronter le froid de la nuit, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les troupes de Bachar al-Assad se sont emparés totalement lundi du nord-est d'Alep, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Au moins six civils ont été tués dans ce secteur cette même journée.

En perdant un tiers d'Alep-Est, les rebelles essuient "leur plus grand revers depuis 2012", a précisé Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

Après avoir mis en échec plusieurs offensives du régime depuis un an, ils sont cette fois-ci submergés par la vaste opération terrestre et aérienne lancée le 15 novembre par l'armée avec le soutien de combattants étrangers aguerris.

La lutte est devenue trop déséquilibrée car "nous affrontons l'Iran et la Russie (...) des milices venues du monde entier", a déploré Yasser al-Youssef, un responsable du groupe rebelle Noureddine al-Zinki, un des principaux d'Alep.

La reconquête d'Alep par le régime "serait un tournant" dans la guerre qui dévaste la Syrie depuis cinq ans et demi, estime Fabrice Balanche, expert de la Syrie au Washington Institute. Car elle montrerait, selon lui, que "l'opposition est incapable d'avoir un succès majeur sur le plan militaire" et de se poser comme "alternative" face à Damas.

La perte d'Alep-Est marquerait en outre la défaite des alliés de l'opposition, notamment l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, ainsi que les pays occidentaux.

Elle renforcerait en revanche les soutiens de Damas, au premier rang desquels la Russie, qui a fortement contribué à faire reculer les rebelles depuis le début de son intervention en septembre 2015.

La communauté internationale a gardé le silence ces derniers jours sur l'intensification des combats.

Mais lundi, le ministre des Affaires étrangères britannique Boris Johnson a réclamé un "cessez-le feu-immédiat" à Alep, appelant la Russie et l'Iran à user de leur influence sur le régime syrien pour éviter une "catastrophe humanitaire".

Plus d'essence

Les Casques blancs ont prévenu lundi que leurs réserves d'essence sont épuisées, rendant impossible leur déplacement par voiture pour secourir les civils après les bombardements.

Dans un communiqué lu devant une caméra, des secourites ont appelé "toutes les organisations humanitaires, médicales et d'aide à intervenir immédiatement pour mettre fin au désastre humanitaire".

Les combats des derniers jours ont provoqué ce week-end la fuite de près de 10.000 civils, dont 6.000 vers la petite enclave de Cheikh Maqsoud contrôlée par les forces kurdes, et le reste vers les zones gouvernementales, selon l'OSDH.

"C'est le premier exode de ce genre à Alep-Est" depuis plus de quatre ans, a indiqué Rami Abdel Rahmane.

Les habitants d'Alep-Est vivent dans des conditions extrêmement difficiles. Ils manquent de vivres et de médicaments, en raison du siège imposé depuis quatre mois et des bombardements incessants.

L'offensive lancée le 15 novembre a fait au moins 235 morts parmi les civils, dont 27 enfants, à Alep-Est, selon un bilan établi dimanche par l'OSDH. Les rebelles ont parallèlement tué au moins 28 civils en tirant sur les zones gouvernementales d'Alep-Ouest, dont trois civils lundi.

La progression des forces du régime s'est accélérée avec la capture samedi du quartier de Massaken Hanano, le plus grand d'Alep-Est.

L'armée s'est ainsi ouverte une voie pour prendre le contrôle lundi des quartiers de Sakhour, Haydariyé et Cheikh Khodr, lui permettant de couper Alep-Est en deux, selon l'OSDH et les médias officiels syriens.

Pour le quotidien Al-Watan, proche du pouvoir, les "hommes armés devront se rendre... ou accepter la réconciliation nationale selon les termes fixés par l'Etat syrien".

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG