Liens d'accessibilité

Il n'y aura pas de victoire rapide dans la bataille d'Alep selon Washington


L'ambassadrice Samantha lors d’un voyage à N'Djamena, au Tchad, le 20 avril 2016.

L'ambassadrice Samantha lors d’un voyage à N'Djamena, au Tchad, le 20 avril 2016.

Il n'y aura pas de victoire rapide dans la bataille d'Alep si les combats perdurent, a prévenu l'ambassadrice américaine aux Nations unies Samantha Power, très inquiète du sort réservé aux civils dans la deuxième ville de Syrie.

"Plus les combats dureront, plus il y aura des civils pris entre les deux camps, plus ils vont payer un lourd tribut", a déclaré Samantha Power au Conseil de sécurité, réuni pour évoquer la crise à Alep.

Rebelles et régime ont dépêché lundi d'importants renforts en hommes et en armes à Alep et ses environs, en préparation d'une bataille cruciale dont l'issue pourrait constituer un tournant dans la guerre qui dure depuis plus de cinq ans.

Les combats se sont intensifiés le mois dernier quand les forces du régime ont pris le contrôle de la dernière route d'approvisionnement dans une zone tenue par les rebelles, laissant 250.000 personnes dans les quartiers à l'est encerclés.

"Les combats de ces derniers jours ont confirmé ce que l'on sait depuis longtemps", a repris Mme Power. "Malgré le poids des forces du régime (de Bachar al-)Assad, avec les Russes, l'Iran et le Hezbollah d'un côté, aucun camp ne sera capable de remporter une victoire rapide et décisive dans la bataille pour Alep".

Les membres du Conseil de sécurité ont écouté les témoignages de docteurs qui ont montré des images très crues d'enfants blessés dans des bombardements, expliquant qu'ils ne pouvaient pas les sauver en raison du manque de médicaments.

L'ambassadeur adjoint français au conseil, Alexis Lamek, a lui prévenu que les combats à Alep pourraient tuer toutes les ébauches de discussions de paix lancées à Vienne pour tenter de mettre fin à ce conflit.

"Alep pourrait être le tombeau du processus de Vienne", a-t-il lancé.

L'ONU espère pouvoir relancer le processus de paix fin août, mais ces efforts sont conditionnés à d'éventuels progrès dans la livraison d'aide humanitaire aux populations civiles.

Plus de 290.000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit en mars 2011, dont plus de 84.000 civils.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG