Liens d'accessibilité

Syrie : avions russes et américains peuvent communiquer entre eux


Un avion de combat russe a la base de Hmeimim en Syrie, 30 octobre 2015.

Un avion de combat russe a la base de Hmeimim en Syrie, 30 octobre 2015.

Américains et Russes ont testé avec succès la procédure qui permet à leurs pilotes en opération dans le ciel syrien de se parler directement pour éviter les incidents, a indiqué mardi le Pentagone.

Un avion de combat américain "a conduit mardi un test de communication planifié avec un avion de combat russe" dans le ciel syrien, a indiqué le capitaine de vaisseau Jeff Davis, porte-parole du Pentagone. Le test a duré "3 minutes" et "a rempli ses objectifs", a-t-il précisé.

Cette procédure s'inscrit dans le cadre de l'accord signé le 20 octobre par Moscou et Washington pour éviter les incidents entre leurs avions de combat respectifs en mission au-dessus de la Syrie.

Les Etats-Unis et la coalition internationale qu'ils dirigent mènent depuis septembre 2014 des bombardements contre le groupe Etat islamique en Syrie.

La Russie a lancé à son tour le 30 septembre dernier une campagne de bombardements en Syrie, dirigée officiellement contre les groupes "terroristes" opérant dans le pays, mais qui est surtout destinée à soutenir le régime de Bachar al-Assad, selon les Américains et leurs alliés.

Depuis deux mois, le nombre de bombardements américains et alliés en Syrie a sensiblement diminué par rapport aux mois précédents.

Selon le site airwars.org, qui compile les communiqués quotidiens des militaires américains, la coalition a mené 117 frappes en octobre, le plus faible total mensuel à l'exception du mois du démarrage de la campagne. Le Pentagone nie tout lien avec le début de l'intervention russe, estimant qu'il s'agissait de "fluctuations" typiques d'une campagne militaire. De fait, les frappes de la coalition se sont de nouveau accélérées depuis le 30 octobre.

Le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter a annoncé la semaine dernière une "intensification" de la campagne aérienne contre les jihadistes de l'Etat islamique.

Un responsable américain de la Défense a précisé que le test de communication de mardi ne pouvait être assimilé à un "entrainement conjoint", l'expression utilisée par un communiqué du ministère russe de la Défense sur le même test. "Nous avons arrêté toutes les coopérations militaires avec la Russie après l'invasion de la Crimée, et cela reste en vigueur", a-t-il souligné.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG