Liens d'accessibilité

Escalade de la violence en Syrie : Washington ferme son ambassade à Damas


Ambassade des Etats-Unis à Damas (photo prise le 12 janvier 2012)

Ambassade des Etats-Unis à Damas (photo prise le 12 janvier 2012)

Sur place, les forces de sécurité syriennes ont intensifié lundi le pilonnage de Homs, ville contrôlée en grande partie par la rébellion

« Compte tenu de la poursuite de la violence et de la détérioration des conditions de sécurité », les Etats-Unis ont décidé de suspendre toutes les activités de leur ambassade à Damas, a annoncé le département d’Etat américain. Washington a procédé à l’évacuation des derniers membres de son personnel diplomatique encore sur place en Syrie.

De son côté, Londres a rappelé son ambassadeur en Syrie pour consultation. Le personnel diplomatique britannique en Syrie travaille dans des conditions difficiles, a déclaré le chef de la diplomatie britannique, William Hague, devant le Parlement.

William Hague (archives 2011)

William Hague (archives 2011)

Le régime syrien pousse le pays vers une guerre civile, a averti, de son côté, le chef de la Ligue arabe. Nabil El-Arabi a sommé Damas de mettre un terme à l’escalade de la violence.

Sur place en Syrie, les habitants de Homs disent que des obus ont atteint des immeubles d’appartements, faisant de nombreuses victimes. Les forces gouvernementales pilonnent la ville à l’artillerie lourde et, selon les militants de l’opposition, ont positionné des tanks pour bloquer toutes les voies d’accès à Homs.

Des soldats syriens ayant rejoint l'Armée syrienne libre manifestent contre Bashar el-Assad près d'Idlib, le 29 jan. 2012

Des soldats syriens ayant rejoint l'Armée syrienne libre manifestent contre Bashar el-Assad près d'Idlib, le 29 jan. 2012

Des vidéos postées sur Internet par l’opposition montrent des rues jonchées de corps ensanglantés. D’autres montrent l’évacuation d’un hôpital de campagne atteint par les tirs. Autant d’informations difficiles à vérifier.

XS
SM
MD
LG