Liens d'accessibilité

Syrie: il faut maintenir le cap sur la diplomatie


Leon Panetta (à g.) et le chef d'état-major interarmes, Gén. Martin Dempsey, au Capitole (19 avril 2012)

Leon Panetta (à g.) et le chef d'état-major interarmes, Gén. Martin Dempsey, au Capitole (19 avril 2012)

Tel est l’avis exprimé par de nombreux responsables et législateurs américains lors d’auditions au Congrès

Le sang continue de couler en Syrie en dépit du cessez-le-feu appuyé par les Nations Unies. L’administration Obama tente de promouvoir un changement de régime par des moyens non militaires.

Pendant ce temps, le Pentagone apprête des plans en vue d’une éventuelle action militaire américaine en Syrie. Il n’y a pas de solution simple, a dit le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta.

Les sénateurs McCain (à g.) et Lieberman saluent des enfants dans un camp de réfugiés près de la frontière turco-syrienne (10 avril 2012)

Les sénateurs McCain (à g.) et Lieberman saluent des enfants dans un camp de réfugiés près de la frontière turco-syrienne (10 avril 2012)

Le sénateur républicain John McCain et son collègue indépendant Joe Liberman ont appelé à la fourniture d’armes aux rebelles syriens et la création de zones de sécurité pour les adversaires du régime d’Assad. Ils ont rappelé que des mesures similaires avaient permis de venir à bout du défunt leader libyen Mouammar Kadhafi.

Toutefois, Leon Panetta estime que la situation en Syrie diffère de celle en Libye l’année dernière.

XS
SM
MD
LG