Liens d'accessibilité

Syrie : le plan Annan obtient l’aval du Conseil de sécurité


Le Conseil de sécurité en session (21 mars 2012)

Le Conseil de sécurité en session (21 mars 2012)

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté mercredi une déclaration présidentielle appuyant le plan soumis par l’émissaire spécial Kofi Annan pour la fin du conflit en Syrie.

La déclaration prévient que Damas fera face à « d’autres mesures » en cas de refus. Le plan Annan comporte six points, dont un cessez-le-feu, un dialogue politique entre le gouvernement du président Bashar el-Assad et l’opposition et l’ouverture de voies d’accès pour les agences d’aide humanitaire.

Kofi Annan (à dr.) avec le chef de la Ligue arabe Nabil el-Arabi, à Genève (20 mars 2012)

Kofi Annan (à dr.) avec le chef de la Ligue arabe Nabil el-Arabi, à Genève (20 mars 2012)

Les 15 membres du Conseil ont adopté le plan par consensus à 1400 GMT (10h à New York), soit une heure après l’expiration d’un délai pour des éventuels changements du texte.

L’appui de la Russie et de la Chine, qui s’étaient auparavant opposées à une mesure contre la Syrie, a facilité le processus.

Préparé par la France, le document exprime de « graves préoccupations » à propos de la situation en Syrie, disant qu’elle s’est traduite par une « grave crise des droits humains et une situation humanitaire déplorable ».

La répression a fait plusieurs milliers de morts en Syrie, notamment à Idlib et à Homs.

La répression a fait plusieurs milliers de morts en Syrie, notamment à Idlib et à Homs.

Il offre un « appui total » aux efforts de l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe (Kofi Annan) pour parvenir à une « cessation immédiate de toute violence et des violations des droits humains » en Syrie.

XS
SM
MD
LG