Liens d'accessibilité

Un homme poursuivi pour le meurtre d'un imam à New York


Devant l’entrée de la mosquée Al-Furqan Jame Masjid, dans le Queen, à New York, des personnes tiennent le portrait robot du présumé tueur, le 14 août 2016.

Devant l’entrée de la mosquée Al-Furqan Jame Masjid, dans le Queen, à New York, des personnes tiennent le portrait robot du présumé tueur, le 14 août 2016.

La police de New York a annoncé lundi soir qu'un homme a été mis en examen après le double meurtre d'un imam et de son assistant en pleine rue samedi près de leur mosquée du Queens.

Sur Twitter, le NYPD, la police de New York, a annoncé l'inculpation d'Oscar Morel, poursuivi en justice pour le double meurtre de l'Imam et son assistant, ainsi que possession d'armes à feu :

Oscar Morel, un résident de Brooklyn âgé de 35 ans, a été inculpé de meurtre et de possession d'arme, a indiqué à l'AFP l'inspecteur Hubert Reyes, de la police de New York.

Une cérémonie de prières en mémoire de l'imam Maulama Akonjee, 55 ans, qui avait immigré du Bangladesh, et de son assistant Thara Uddin, 64 ans, s'est tenue lundi. Elle a rassemblé plusieurs centaines de personnes à Brooklyn.

Avant cette cérémonie, des musulmans de New York avaient réclamé des mesures de sécurité renforcées et que justice soit rendue.

Plusieurs centaines ont marché jusqu'au lieu du meurtre, portant des pancartes qui proclamaient "La vie des musulmans compte". "Nous voulons la justice", ont réclamé d'autres intervenants.

L'imam et son assistant, qui portaient des tenues traditionnelles musulmanes, avaient été tués par balle samedi en plein jour dans le quartier d'Ozone Park dans l'arrondissement du Queens, alors qu'ils marchaient dans la rue près de leur mosquée. Un homme armé qui les suivait de près leur avait tiré dans la tête.

La police n'a pas exclu lundi soir le crime de haine, mais a indiqué que le motif du double meurtre n'était toujours pas clair.

Elle a arrêté le suspect dimanche soir, après avoir suivi la trace de la voiture dans laquelle il s'était enfui. Deux heures avant le double meurtre, à 5 km de là, il avait heurté quelqu'un sans s'arrêter. Il a aussi cherché en vain dimanche soir à échapper à la police qui surveillait sa voiture, a précisé le responsable de l'enquête, Robert Boyce, lors d'une conférence de presse.

Islamophobie grandissante

L'imam et son assistant pourraient avoir été victimes d'une dispute entre hispaniques et musulmans concernant une affaire de parking, selon le quotidien New York Daily News citant des sources policières.

La police avait publié dimanche le portrait robot d'un suspect hispanique d'une trentaine d'années, et demandé l'aide du public pour tenter d'identifier cet homme "portant une chemise sombre et un short bleu".

Elle devait perquisitionner son domicile lundi soir, à la recherche notamment de l'arme du crime et des vêtements en question.

Certains membres de la communauté musulmane ont dénoncé un crime motivé par la haine, et fait état d'une islamophobie grandissante, nourrie par de récents attentats et par les déclarations hostiles du candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump. Certains ont demandé lundi que des caméras soient installées à l'extérieur des mosquées.

Le maire de New York Bill de Blasio a déclaré que des policiers supplémentaires seraient affectés à la sécurité des mosquées et de la communauté musulmane.

"Nous allons nous assurer que celui qui a fait ça soit traduit en justice, je peux vous le garantir", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

L'imam Akonjee avait sur lui plus de 1.000 dollars quand il a été attaqué, mais son agresseur n'a pas pris l'argent, selon la police.

Le quartier modeste où les deux hommes ont été tués, à la limite des arrondissements du Queens et de Brooklyn, accueille beaucoup de familles du Bangladesh.

Plusieurs centaines de personnes s'étaient déjà réunies durant le week-end pour dénoncer ces meurtres et réclamer que justice soit rendue au plus vite.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG