Liens d'accessibilité

Sur VOA Afrique Diendéré demande à ses hommes de déposer les armes


Gen. Gilbert Diendere

Gen. Gilbert Diendere

Dans un entretien exclusif, le général Gilbert Diendéré explique que l'appel vise à éviter un affrontement avec le reste de l'armée. Il affirme qu'il ne soustraira pas à la justice de son pays.

Quel est votre message à vos troupes ?

Gilbert Diendéré : "J’ai lancé un appel aux troupes du RSP pour leur demander de réintégrer la caserne puisque, depuis ce matin, compte-tenu des incidents qui ont eu lieu dans leur caserne, ceux qui étaient au camp à Ouaga 2000, sont sortis avec leurs armes et ont voulu faire une résistance. Donc, j’ai demandé que ces éléments puissent revenir en caserne et éviter cet affrontement que nous n’avions pas souhaité."

Mais il y avait quand-même un blocage au désarmement à un certain niveau ?

Général Diendéré : "Oui, il y a eu des blocages compte-tenu des raisons qui ont été évoquées. Mais nous avons estimé qu’il fallait un apaisement pour que les éléments puissent revenir déposer leurs armes."

Est-ce qu’on peut-dire que le général Diendéré ne maîtrise plus ses troupes ?

Général Diendéré : "Non, ces troupes-là ne sont pas les troupes du général Diendéré. Il y a un chef de corps du RSP qui est là. C’est lui qui gère les troupes. Mais le général, un ancien du corps, a digéré ce corps il y a longtemps, mais servait également un peu de conseiller et de personne-ressource vers laquelle ces éléments du RSP se tournaient lorsqu’ils avaient un problème particulier."

Reconnaissez-vous la dissolution du RSP par le gouvernement ?

Général Diendéré : "Oui, il y a un décret de dissolution qui a été prononcé il y a quelques jours. Il y a eu des notes d’affectation qui ont déjà été signées. C’était contre tout cela que les éléments du RSP voulaient s’en prendre parce que pour ces éléments, toutes ces mesures-là devaient être prises à l’issue une concertation qui avait été prévue par la Cédéao. Malheureusement, cette concertation n’a pas eu lieu, les mesures ont été prises. C'est ce qui a créé un mécontentement à leur niveau."

Allez-vous vous rendre à la justice ?

Général Diendéré : "Je pense que je vais me mettre à la disposition de la justice. C’est mon pays. Je ne pense que cela soit absolument nécessaire. Je ne pense me soustraire à la justice de mon pays."

Est-ce que vous allez vous rendre à l’armée ?

Général Diendéré : "Je verrai les conditions dans lesquelles cela va être fait. Mais je vous dis que je ne vais pas me soustraire à la justice de mon pays."

Propos recueillis par Idriss Fall

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG