Liens d'accessibilité

Sur un mur de Vilnius, les Lituaniens rient jaune en voyant Trump embrasser Poutine sur la bouche


Le candidat républicain Donald Trump est souvent la cible des artistes, ici en photo à Capitol Hill à Washington, le 12 mai 2016.

Le candidat républicain Donald Trump est souvent la cible des artistes, ici en photo à Capitol Hill à Washington, le 12 mai 2016.

Sur un graffiti géant apparu à Vilnius, Donald Trump embrasse sur la bouche Vladimir Poutine: des passants lituaniens rient, mais rient jaune.

L'image, inspirée par la célèbre photo de Léonid Brejnev embrassant le chef communiste est-allemand Erich Honecker, devenue graffiti sur le Mur de Berlin, traduit l'inquiétude des Lituaniens face à la sympathie manifestée par le candidat républicain à la présidence des Etats-Unis à l'égard du chef de l'Etat russe.

"On a l'impression d'avoir une nouvelle guerre froide et l'Amérique pourrait avoir un président qui cherche à faire ami-ami avec la Russie", dit à l'AFP le propriétaire du fast-food dont le mur accueille le graffiti, Dominykas Ceckauskas.

"Nous voyons des ressemblances entre les deux héros. Ils ont tous les deux un ego gonflé à bloc et il est drôle de voir qu'ils s'entendent si bien", ajoute-t-il.

Les Lituaniens, comme les autres nations baltes voisines, sont préoccupés par les commentaires critiques de Trump à l'égard de l'Otan, qu'ils considèrent comme un rempart crucial pour leur sécurité.

"Trump a dit publiquement que Poutine est un leader fort et que l'Otan est obsolète et coûteuse", relève Kestutis Girnius, professeur adjoint à l'Institut des relations internationales et des sciences politiques à Vilnius.

"Le graffiti reflète la peur de certains Lituaniens de voir Trump faire des courbettes à Poutine et négliger leurs problèmes de sécurité", explique-t-il.

Ce n'est pas la première fois que des artistes s'inspirent de Trump pour créer des graffitis : aux États-Unis, de nombreux artistes de rue humilient le candidat aux traver des peintures murales.

XS
SM
MD
LG