Liens d'accessibilité

Tout le monde "like" Claude Puel à Southampton


C'est l'entraîneur de Chelsea Antonio Conte qui le dit: "I like Claude Puel" ("J'aime Claude Puel"). Pour l'instant tout va bien: l'ancien coach de Nice s'adapte de belle manière à sa nouvelle vie à Southampton, avant de recevoir l'Inter jeudi en Europa League.

Arrivé cet été sur la côte sud de l'Angleterre, le technicien français ne recueille pour le moment que des louanges, aussi bien de la part de la presse que de ses homologues, ou même de ses joueurs.

Le club est pour l'instant 9e de Premier League. Il poursuit son petit bonhomme de chemin avec seulement trois défaites, à chaque fois contre un gros, Manchester United (2-0), Chelsea (2-0) et Arsenal (2-1).

En Europa League, les "Saints" fonctionnent bien aussi. Ils sont actuellement 2e ex aequo du groupe avant de recevoir l'lnter, 4e. En Italie, les Milanais avaient réussi à arracher une victoire qui tenait du miracle (1-0) et la presse anglaise avait plaint ce Southampton qui jouait de malchance.

En attendant, le club côtier joue bien et déroule un joli football offensif. Ses joueurs apprécient. Dusan Tadic a par exemple salué le sens du "détail" de son patron, ainsi que la qualité de ses analyses.

Si les résultats suivent pour l'instant, après quelques premières semaines un peu plus difficiles, le Français dispose aussi d'autres atouts.

Pour commencer, la presse britannique vante son savoir-faire en matière de recrutement. L'arrivée du milieu offensif Sofiane Boufal est considérée comme l'un des bons coups du mercato, même si l'ancien Lillois n'a que très peu joué.

Arrivé de France avec une blessure à un genou, l'international marocain n'a été titularisé qu'une fois, mais il a marqué le seul but de la rencontre contre Sunderland en Coupe de la Ligue (1-0) le 26 octobre. En quelques bouts de match, il a montré de quoi faire saliver.

La gestion de l'effectif attire aussi des compliments au technicien de 55 ans. N'a-t-il pas relancé le jeune ailier Nathan Redmond, 22 ans, en l'installant en pointe? N'a-t-il pas fait éclater au grand jour Oriol Romeu en le plaçant devant la défense? N'a-t-il pas ressuscité l'attaquant Charlie Austin, déjà auteur de 7 buts en 12 matches, lui qui n'en avait marqué qu'un seul en Premier League la saison passée?

Et puis, il y le côté personnel. Dans un pays où évolue le volubile Pep Guardiola, l'incandescent José Mourinho, le blagueur Claudio Ranieri ou encore l'exubérant Jürgen Klopp, la douceur de Puel est appréciée.

Que Puel se rassure. Les tabloïds commencent à envoyer leurs piques. Son attitude affable en conférence de presse et ses réponses à la limite de l'audible sont tout de même un peu moquées. Mais gentiment.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG