Liens d'accessibilité

Le Soudan du Sud se retire de Heglig


Le président soudanais Omar el-Béchir célébrant la reconquête de Heglig à Khartoum

Le président soudanais Omar el-Béchir célébrant la reconquête de Heglig à Khartoum

Le président sud-soudanais Salva Kiir a annoncé le retrait ordonné et volontaire de son armée des champs pétroliers de Heglig pris la semaine dernière au gouvernement du Nord. A Khartoum, on a une autre lecture de ce redéploiement de troupes.

La tension entre les deux Soudan semble avoir baissé d’un cran aujourd’hui suite à la nouvelle selon laquelle les soldats sudistes sont en train de quitter la zone litigieuse de Heglig. Juba parle d’un repli volontaire et ordonné de ses troupes, mais l’ambassadeur du Soudan à l’ONU, lui, soutient que l’armée soudanaise a repris Heglig par la force.

« C’est un plaisir et un grand honneur, et c’est avec une grande allégresse que je vous annonce que nos héroïques forces armées soudanaises ont bouté les agresseurs hors de Heglig », a déclaré Daffa-Alla Elhaj Ali Osman. L’ambassadeur soudanais à l’Onu dit que son pays est prêt à reprendre les pourparlers avec le Soudan du Sud si, pour citer ses propres mots, les leaders sud-soudanais retrouvent le bon sens et négocient sans condition.

Installations pétrolières de Heglig

Installations pétrolières de Heglig

De son côté, le ministre sud-soudanais de l’Information a fait savoir, aujourd’hui, que Juba considère Heglig comme faisant partie de son territoire et veut que le statut de cette zone et d’autres régions litigieuses soit déterminé par arbitrage international.

Les deux Soudan n’ont pas été en mesure de résoudre leurs disputes sur des questions comme la démarcation de la frontière, le pétrole et la citoyenneté après l’indépendance du Sud et la partition du Soudan en juillet dernier.

Malgré cette situation, l’émissaire spécial américain pour le Soudan, Princeton Lyman, a dit hier que les deux pays veulent éviter un conflit à grande échelle.« Suite aux discussions que j’ai eues à Khartoum et Juba, je peux dire en toute confiance que pratiquement tous ceux avec qui j’ai parlé m’ont dit : Ecoutez, nous ne voulons pas d’une guerre avec l’autre. Nous avons besoin de trouver une issue à cette crise », a expliqué l’émissaire américain pour le Soudan.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG