Liens d'accessibilité

Libye : le président Zuma tente une nouvelle médiation


Le Premier ministre libyen Al-Baghdadi Ali Al-Mahmoudi (à droite) recevant le président Zuma à Tripoli

Le Premier ministre libyen Al-Baghdadi Ali Al-Mahmoudi (à droite) recevant le président Zuma à Tripoli

Il s’agit de la seconde visite de M. Zuma en Libye depuis le début, en février, du soulèvement contre le colonel Mouammar Kadhafi. Elle intervient juste après le sommet du G8, dont les membres ont encore demandé le départ de Mouammar Kadhafi. La Russie, alliée traditionnelle de la Libye, a finalement adhéré à cette demande lors du sommet de Deauville.

Le président sud-africain Jacob Zuma est arrivé, lundi, à Tripoli, dans l’espoir de persuader les parties libyennes de convenir d’un cessez-le-feu. Il représentera l’Union africaine dans les pourparlers avec les autorités libyennes sur la mise en œuvre de la « feuille de route » de l’Union en vue de résoudre le conflit libyen, a indiqué la présidence sud-africaine. Ce document avait été accepté par le régime de Tripoli, mais rejetée par le Conseil National de Transition à Benghazi.

Le président Zuma à son arrivée à l'aéroport de Tripoli

Le président Zuma à son arrivée à l'aéroport de Tripoli

Toujours selon la même source, le président sud-africain cherchera à obtenir « une cessation immédiate de toutes les hostilités », l’augmentation de l’aide d’urgence et la protection des immigrés. Toutefois, la présidence sud-africaine a démenti les informations selon lesquelles M. Zuma exhorterait Mouammar Kadhafi à démissionner.

Il s’agit de la seconde visite de M. Zuma en Libye depuis le début, en février, du soulèvement contre le colonel Mouammar Kadhafi. Elle intervient juste après le sommet du G8, dont les membres ont encore demandé le départ de Mouammar Kadhafi. La Russie, alliée traditionnelle de la Libye, a finalement adhéré à cette demande lors du sommet de Deauville.

Le président Zuma au Conseil de l'Europe, à Bruxelles, le 28 mai

Le président Zuma au Conseil de l'Europe, à Bruxelles, le 28 mai

Cinq généraux, deux colonels et un commandant ont dit, lors d’une conférence à Rome, qu’ils faisaient partie de 120 militaires libyens ayant récemment fait défection. La rencontre était organisée par le gouvernement italien.

XS
SM
MD
LG