Liens d'accessibilité

Soupçons sur le Mondial 2010 : Tokyo Sexwale a été entendu par un jury américain


L'homme d'affaires sud-africain et ancien prisonnier politique Tokyo Sexwale parle au cours d'une conférence de presse à la maison SAFA à Johannesburg , le 27 Octobre 2015.

L'homme d'affaires sud-africain et ancien prisonnier politique Tokyo Sexwale parle au cours d'une conférence de presse à la maison SAFA à Johannesburg , le 27 Octobre 2015.

Tokyo Sexwale, le candidat sud-africain à la présidence de la Fifa, a admis avoir été entendu comme témoin par un grand jury aux Etats-Unis la semaine dernière, dans le cadre de l'enquête sur d'éventuels pots-de-vin versés pour l'obtention de la Coupe du monde 2010.

Les autorités américaines accusent l'ancien président de la CONCACAF (Confédération d'Amérique du Nord, centrale et des Caraïbes) Jack Warner d'avoir perçu 10 millions de dollars pour soutenir la candidature de l'Afrique du Sud à l'organisation de la Coupe du monde 2010.

"J'ai rendu visite à un grand jury aux Etats-Unis mais c'est une procédure normale de collecte d'information", a déclaré M. Sexwale à des médias sud-africains.

Un "Grand Jury" est une juridiction qui en droit américain est chargée d'examiner s'il existe suffisamment de charges dans un dossier donné pour engager des poursuites.

M. Sexwale, un ancien compagnon de prison de Nelson Mandela sous l'apartheid, devenu millionnaire, était membre du comité de candidature de l'Afrique du Sud pour 2010 et du comité d'organisation du Mondial.

L'Afrique du Sud a toujours nié avoir versé quelques pots-de-vin que ce soit dans le cadre de cette candidature.

"L'Afrique du Sud est propre, la Coupe du monde 2010 était propre", a dit M. Sexwale, qui affirme avoir suggéré au Grand Jury d'enquêter aussi sur l'attribution des Coupes du monde 1994 aux Etats-Unis et 2006 l'Allemagne.

Tokyo Sexwale fait partie des candidats sérieux pour remplacer Sepp Blatter à la tête de la Fifa. Le Suisse et le grandissime favori à sa succession, Michel Platini, ont été suspendus lundi pour 8 ans de toute activité liée au football. Le futur président de la Fifa devra reprendre une institution dont la réputation a été ruinée par de nombreux scandales de corruption.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG