Liens d'accessibilité

Soudan : plusieurs bureaux de vote attaqués par des rebelles au Kordofan


Le président soudanais Omar el-Bashir place son bulletin de vote dans l'urne à Khartoum le 13 avril 2015.

Le président soudanais Omar el-Bashir place son bulletin de vote dans l'urne à Khartoum le 13 avril 2015.

Les attaques sont l’œuvre des combattants de la branche Nord du Mouvement de libération du peuple du Soudan (SPLM-N) , et visaient "des bureaux de vote dans la circonscription d'Habila" lundi.

Un responsable de la Commission électorales, Al-Hadi Mohammed Ahmed, a indiqué que les rebelles se sont emparés de matériel électoral et trois bureaux ont été fermés. Deux autres bureaux ont été pris pour cible dans la région de Abbasiya.

Toutes les attaques ont été repoussées par les militaires soudanais, a-t-il assuré. Le SPLM-N n'a pas réagi dans l'immédiat.

Depuis 2011, des rebelles armés, s'estimant marginalisés par les élites de Khartoum, défient les autorités fédérales dans cet Etat et celui du Nil-Bleu.

Cette rébellion vient s'ajouter au conflit au Darfour, alimenté depuis 12 ans par un ressentiment similaire.

Omar el-Béchir est réclamé par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité et génocide au Darfour, où, selon l'ONU, au moins 300.000 personnes sont mortes et 2,5 millions ont été déplacées par les violences.

En raisons de ces tensions, les autorités soudanaises avaient annoncé que le vote ne se tiendrait pas dans une circonscription du Darfour et sept au Kordofan-Sud.

La rébellion, mais aussi la majeure partie de l'opposition, boycotte le scrutin, comme ce fut déjà le cas lors des précédentes élections multipartites de 2010.

Ailleurs dans le pays, plusieurs problèmes ont été soulevés par Al-Hadi Mohammed Ahmed.

Ainsi dans le centre du Darfour, le vote a été suspendu dans 16 bureaux où des bulletins manquaient.

Dans l'Etat de Jazira, "152 des 1.818 bureaux de vote n'ont pas pu ouvrir en raison d'erreurs administratives dans la distributions des bulletins", a-t-il expliqué. Le vote s'y déroulera donc à partir de mercredi, avec un délai supplémentaire de deux jours, selon lui.

Il n'a donné aucun chiffre pour la participation, alors que les électeurs arrivaient au compte-gouttes dans les bureaux de vote de la capitale, au second jour du scrutin qui oppose le président sortant à une quinzaine de candidats peu connus.

XS
SM
MD
LG