Liens d'accessibilité

Soudan: nouvelles arrestations d'opposants


Omar el-Béchir, président du Soudan.

Omar el-Béchir, président du Soudan.

Les forces de sécurité soudanaises ont arrêté quatre dirigeants de l'opposition de gauche, a annoncé mercredi leur formation, l'alliance des Forces nationales du consensus (NCF).

Le puissant Service national du renseignement et de la sécurité (NISS) a arrêté Siddig Youssif, Tareq Abdelmajid, Mohamed Diaelddin et Munzir Abumali dans l'enceinte même de ce service où ils étaient convoqués mercredi, a indiqué cette alliance dans un communiqué.

"Quand ils sont arrivés au bureau de la NISS, ils ont été informés qu'ils étaient en état d'arrestation", a dit encore le communiqué.

Des membres de la famille de MM. Youssif et Abumali ont confirmé leur arrestation à l'AFP.

Des groupes de l'opposition, dont la NCF et le parti communiste soudanais avaient appelé à des manifestations pour protester contre la décision du gouvernement d'augmenter de 30% les prix de l'essence et du diesel, visant à stabiliser l'économie du pays en difficulté.

Les services de sécurité détiennent souvent des opposants et des militants ayant critiqué les politiques du président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis un coup d'Etat en 1989.

La hausse des prix des carburants est un sujet sensible au Soudan, dont les réserves en pétrole ont été amputées des trois quarts environ lorsque le Soudan du Sud a proclamé son indépendance en 2011, après des décennies de conflit avec Khartoum.

En septembre 2013, le gouvernement avait levé les subventions à l'essence, provoquant des manifestations et une hausse des prix de plus de 60%.

Mardi, huit personnes arrêtées à l'issue de manifestations contre la hausse des prix de l'essence, ont comparu devant un tribunal de Khartoum.

Elles figurent parmi 26 personnes, dont 12 femmes, arrêtées au cours des derniers jours après des petites manifestions à Khartoum, rapidement dispersées par la police.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG