Liens d'accessibilité

Violents combats au Soudan du Sud


Des soldats de l'armée gouvernementale sud-soudanaise patrouillent à Bentui, Souda du Sud, 24 juin 2015.

Des soldats de l'armée gouvernementale sud-soudanaise patrouillent à Bentui, Souda du Sud, 24 juin 2015.

Les combats opposeraient des soldats gouvernementaux à une milice de jeunes de la région appelés "Arrow Boys", qui auraient décidé de rejoindre les rangs de la rébellion, fidèle à l'ancien vice-président Riek Machar, rapportent des médias locaux.

Selon l’AFP, les groupes armés se sont violemment affrontés à Yambio, la capitale de l'Etat d'Equateur-occidental, dans le sud-ouest du Soudan du Sud, faisant craindre que la guerre civile qui ravage le pays depuis deux ans ne s'étende à cette zone jusque-là plutôt épargnée.

"Les gens fuient vers des endroits où il n'y a pas de combats", a expliqué à l'AFP un député local, Isaac Sumu, précisant que les violences avaient éclaté lundi à Yambio, ville proche de la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC).

Le porte-parole de l'armée gouvernementale Philip Aguer a déclaré à la radio locale Eye Radio que des "ivrognes et criminels provocateurs (...) tiraient au hasard" sur les gens.

Le Soudan du Sud a replongé dans la guerre civile en décembre 2013, quand des combats ont éclaté entre forces loyales au président Salva Kiir et troupes pro-Machar au sein de l'armée, minée par les antagonismes politico-ethniques en raison de la rivalité entre les deux hommes au sein du régime.

Les combats s'étaient d'abord concentrés essentiellement dans les deux Etats septentrionaux d'Unité et du Haut-Nil et dans l'Etat oriental de Jonglei. Ces derniers mois cependant, les attaques ont augmenté dans les Etats méridionaux, sans que leurs auteurs soient clairement identifiés.

Près de 4.000 personnes ont quitté l'Etat d'Equateur-occidental pour se réfugier en RDC ces dernières semaines, avait annoncé en fin de semaine dernière le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

MM. Kiir et Machar ont signé le 26 août un accord de paix. Mais les deux camps n'ont depuis cessé de s'accuser mutuellement de l'avoir violé et les combats continuent dans certaines régions.

Le conflit, marqué par des atrocités attribuées aux deux camps, a fait des dizaines de milliers de morts et chassé plus de 2,2 millions de personnes de chez elles.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG