Liens d'accessibilité

Soudan du Sud : les rebelles refusent de finir la guerre, sauf sur victoire militaire d’un camp


Le leader du Sud-Soudan, Salva Kiir, arrivant à Addis Ababa, le 12 juin, 2011

Le leader du Sud-Soudan, Salva Kiir, arrivant à Addis Ababa, le 12 juin, 2011

Un porte-parole des rebelles sud-soudanais a estimé à Addis Abeba que le conflit, entré dans son 16e mois au Soudan du Sud, ne se terminerait que par la victoire de l'un des deux camps, rapporte jeudi l'AFP.

Le porte-parole des rebelles a affirmé ne pas croire à une solution diplomatique.

"Les combats continueront jusqu'à ce qu'un camp soit défait" militairement, a déclaré dans la capitale éthiopienne Lony Ngundeng, porte-parole militaire des rebelles fidèles à l'ancien vice-président Riek Machar, qui affrontent depuis décembre 2013 l'armée sud-soudanaise loyale au président Salva Kiir.

"Le monde entier s'est tourné vers le Soudan du Sud, mais la diplomatie n'a rien apporté", a souligné cet ancien colonel de l'armée sud-soudanaise, moins de deux semaines après que les pourparlers à Addis Abeba entre MM. Kiir et Machar destinés à trouver un accord de paix eurent abouti le 6 mars à un constat d'échec.

Après un an de négociations stériles dans la capitale éthiopienne, qui n'ont abouti qu'à une série de cessez-le-feu jamais respectés, les deux dirigeants n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur une formule de partage du pouvoir, suscitant la colère de la médiation de l'Igad, organisation intergouvernementale est-africaine.

Des observateurs ont accusé MM. Kiir et Machar de continuer de privilégier la solution militaire au conflit durant leurs discussions et de ne pas être sincères dans les négociations.

"Même si un accord de paix était signé, comment allez-vous convaincre les gens dont la famille a été tuée de l'accepter?", a poursuivi Lony Ngundeng, tout en assurant que, malgré le récent constat d'échec, les pourparlers de paix "n'étaient pas terminés" et pourraient reprendre.

L'actuel conflit au Soudan du Sud, indépendant depuis juillet 2011 seulement, a éclaté le 15 décembre 2013 à Juba au sein de l'armée sud-soudanaise, minée par les antagonismes politico-ethniques alimentés par la rivalité entre MM. Kiir et Machar à la tête du jeune régime sud-soudanais.

Des groupes armés et milices tribales se sont joints aux combats qui se sont rapidement propagés ailleurs dans le pays et se sont accompagnés de massacres et atrocités contre les civils sur des bases ethniques.

VOA/AFP

XS
SM
MD
LG