Liens d'accessibilité

Soudan du Sud : l’ONU prolonge le mandat de sa mission et menace d’imposer des sanctions


Salva Kiir, président du Soudan du Sud (AP Photo/Jason Patinkin)

Salva Kiir, président du Soudan du Sud (AP Photo/Jason Patinkin)

L'ONU a prolongé jusqu'au 15 décembre le mandat de sa mission au Soudan du Sud en lui demandant d'aider à faire appliquer le fragile accord de paix conclu en août par les deux camps rivaux.

Une résolution en ce sens, proposée par les Etats-Unis, a été adoptée par 13 voix sur 15, la Russie et le Venezuela s'abstenant.

Le Conseil de sécurité en a profité pour brandir une nouvelle fois la menace de sanctions si les accords de cessez-le-feu ne sont pas respectés pleinement.

Le Conseil se dit "prêt à envisager toutes les mesures appropriées (..) contre ceux qui agissent à l'encontre de la paix, la stabilité et la sécurité du Soudan du Sud".

La Russie s'est abstenue parce que cette allusion à des sanctions est "inappropriée dans une résolution censée faciliter un processus de paix". Il ne faut pas "effrayer" les belligérants en les menaçant ainsi, a ajouté son représentant Petr Iliichev.

Moscou critique aussi l'utilisation par la mission de drones car le gouvernement sud-soudanais y est opposé.

L'ambassadeur vénézuélien Rafael Ramirez a émis les mêmes critiques vis-à-vis du texte.

L'ambassadeur sud-soudanais Francis Mading Deng s'est plaint de ce que la résolution ait été adoptée sans consulter Juba. Il a rejeté l'utilisation par la mission d'hélicoptères et de drones, prônée par la résolution. Une telle initiative risque de provoquer "désaccord et hostilité" de la part du gouvernement sud-soudanais, a-t-il averti.

Les partisans du président Salva Kiir et ceux de de Riek Machar ont conclu puis violé déjà sept accords de cessez-le-feu depuis le début de la guerre civile en décembre 2013.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG