Liens d'accessibilité

Le Soudan du Sud adopte un budget en forte hausse malgré une économie en ruine


Photo d'archives: Des déplacés, venus à Wau au Soudan du Sud en raison des affrontements armés dans les villages environnants, attendent pour se faire enregistrés par l'Organisation internationale pour les migrations et le Programme alimentaire mondial, le 11 mai 2016.

Photo d'archives: Des déplacés, venus à Wau au Soudan du Sud en raison des affrontements armés dans les villages environnants, attendent pour se faire enregistrés par l'Organisation internationale pour les migrations et le Programme alimentaire mondial, le 11 mai 2016.

"L'objet de ce budget, c'est la mise en œuvre de l'accord de paix" signé en août 2015, selon le ministre sud-soudanais de l'Information.

Le gouvernement du Soudan du Sud, dont l'économie déjà fragile subit de plein fouet les conséquences de derniers combats de juillet, a adopté un budget 2016-2017 d'environ un milliard de dollars, trois fois supérieur à celui de l'an passé, a-t-on appris de source gouvernementale.

"L'objet de ce budget, c'est la mise en oeuvre de l'accord de paix" signé en août 2015 pour mettre un terme à une guerre civile débutée en décembre 2013, a déclaré vendredi à l'AFP le ministre sud-soudanais de l'Information Michael Makuei.

Adopté jeudi par le gouvernement, le budget s'élève à 30 milliards de livres sud-soudanaises (SSP), soit l'équivalent d'un milliard de dollars au cours officiel de la banque centrale (30 SSP pour 1 dollar). Au Soudan du Sud, le budget court habituellement de juillet à fin juin de l'année suivante mais la crise de dernières semaines a retardé son élaboration cette année.

"Le budget est en hausse par rapport à celui de l'année dernière tout simplement parce que l'année dernière, il n'y avait pas d'accord (de paix) à mettre en oeuvre", a justifié le ministre de l'Information.

L'économie sud-soudanaise, déjà très affectée par la guerre civile, sort encore plus affaiblie des combats de juillet qui ont opposé dans la capitale Juba les troupes du président Salva Kiir à celles de l'ex-vice-président Riek Machar.

Dans la rue, la dépréciation de la livre sud-soudanaise est une réalité, puisqu'il faut débourser en moyenne 70 SSP pour acheter un dollar, près de deux fois et demi le taux officiel.

Les combats à l'arme lourde de juillet ont fait plusieurs centaines de morts, poussé des dizaines de milliers de personnes à l'exil dans les pays voisins et fait fuir de nombreux acteurs économiques de Juba, qu'ils soient banquiers ou commerçants.

Interrogé par l'AFP sur la provenance des recettes pour financer ce budget en forte hausse, M. Makuei s'est contenté de répondre: "Nous savons où nous trouverons l'argent mais vous n'avez besoin de le savoir".

Le budget 2016-2017 doit encore être approuvé par le parlement mais ce dernier est majoritairement acquis au gouvernement du président Kiir.

Reste que l'économie du pays est au bord de l'effondrement: la production de pétrole - dont le Soudan du Sud tirait 98% de ses recettes à son indépendance il y a cinq ans - a diminué de plus de la moitié pour s'établir à moins de 150.000 barils par jour et l'inflation s'est envolée pour atteindre les 600% sur un an, entraînant une hausse spectaculaire du prix des denrées de première nécessité, principalement importées.

De plus, les récents combats ont ravivé la crainte d'une reprise de la guerre civile et plongé le pays dans une période d'instabilité majeure.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG