Liens d'accessibilité

Trois employés de l'ONU enlevés au Darfour


Un soldat de l'UNAMID (force conjointe ONU-UA au Darfour) assurant la sécurité, 10 janvier 2011.

Un soldat de l'UNAMID (force conjointe ONU-UA au Darfour) assurant la sécurité, 10 janvier 2011.

Trois employés du Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) ont été enlevés au Darfour, une région de l'ouest du Soudan en proie à des violences.

"Un groupe d'hommes armés a enlevé hier à Geneina (capitale du Darfour-Ouest Ndlr) trois employés du HCR, deux Népalais et un Soudanais", a indiqué à l'AFP Abdelah Mustafa, porte-parole de l'Etat du Darfour-Ouest, ajoutant que la police pourchassait les ravisseurs.

Aucun commentaire n'a été obtenu dans l'immédiat auprès du HCR à Khartoum. Mais un porte-parole de cette agence a indiqué à l'AFP qu'une réunion était en cours pour discuter d'un "incident urgent".

Le Darfour, où les enlèvements sont fréquent, est le théâtre d'un conflit sanglant depuis 2003, quand des insurgés issus de minorités ethniques ont pris les armes contre le pouvoir de Khartoum, aux mains de la majorité arabe. L'ONU estime que les combats ont fait au moins 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés.

Le président soudanais Omar el-Béchir, recherché depuis 2009 par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre au Darfour, a annoncé début septembre que la paix était revenue dans cette région.

En avril, le régime avait organisé un référendum sur le statut administratif du Darfour et estimé que "la page de la crise (était) tournée" après que 98% des électeurs se soient prononcés sur le maintien de la région en cinq Etats.

Mais ce vote, boycotté par les rebelles, avait été largement critiqué par la communauté internationale.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG