Liens d'accessibilité

Un journaliste d'Al Jazeera arrêté par les services de sécurité en Somalie


Des soldats somaliens déployés devant l'Hôtel Jazeera à Mogadiscio, Somalie, 2 janvier 2014.

Des soldats somaliens déployés devant l'Hôtel Jazeera à Mogadiscio, Somalie, 2 janvier 2014.

Hamza Mohamed, journaliste d'Al Jazeera, a été arrêté mardi à Mogadiscio par les services de sécurité somaliens, a annoncé mercredi la chaîne de télévision qatarienne, qui a appelé à sa "libération rapide".

M. Mohamed, de nationalité britannique, a été arrêté en compagnie d'un chauffeur, d'un fixeur et d'un caméraman. Il était depuis une semaine en Somalie, un pays où il se rend régulièrement dans le cadre de son métier.

Les autorités somaliennes ont fait savoir à Al Jazeera que M. Mohamed était détenu en vue d'être interrogé et qu'aucune charge n'était pour l'instant retenue contre lui.

La chaîne a indiqué être rentrée en contact avec son journaliste depuis son arrestation et "espérer (...) qu'il sera libéré rapidement".

Selon Reporters sans frontières (RSF), l'équipe d'Al Jazeera serait soupçonnée de s'être rendue dans des territoires contrôlés par les islamistes radicaux shebab, afin de s'entretenir avec certains de leurs hauts responsables.

RSF a également appelé dans un communiqué les autorités somaliennes "à libérer immédiatement" le journaliste et ses collègues.

"Les journalistes sont constamment pris entre deux feux dans la guerre que mènent les autorités au groupe islamiste (shebab)", a observé RSF. "Quand ils ne sont pas victimes de représailles mortelles de la part des miliciens, ils sont soupçonnés de collaboration avec le groupe Al-Shabaab et arrêtés par les autorités."

L'organisation de défense des journalistes a aussi noté que cette arrestation intervenait quelques jours seulement après celle du rédacteur en chef du quotidien somalien Xog Ogall, Abdi Aden Guled. Arrêté dimanche par les services de renseignements, il avait été libéré mardi.

La Somalie est un des pays les plus dangereux pour les professionnels des médias: 45 journalistes somaliens ont été assassinés dans le pays entre 2007, année de la montée en puissance des islamistes radicaux shebab, et 2015, selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Si les shebab, affiliés à Al-Qaïda et en lutte contre le gouvernement somalien, constituent la principale menace pour les journalistes, les forces de sécurité gouvernementales se rendent aussi coupables de nombreuses violations à leur égard.

RSF place la Somalie à la 167e place sur 180 pays dans son classement 2016 de la liberté de la presse.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG