Liens d'accessibilité

Les enfants d'un parent ayant déjà été somnambule ou ayant fait des terreurs nocturnes auraient entre 3 et sept fois plus de risques que les autres d'avoir ces comportements dans leur sommeil.

Plus de 60 % des enfants dont les deux parents sont, ou ont été, somnambules développent le somnambulisme. Telle est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de l’Université de Montréal auprès d’enfants nés au Québec, au Canada.

Ces chercheurs, dont les travaux ont été publiés dans JAMA Pediatrics, se sont penchés sur des données concernant le sommeil, recueillies auprès d'un groupe de 1.940 enfants nés au Québec en 1997 et en 1998. Ils ont déterminé que les enfants d'un parent ayant déjà été somnambule ou ayant fait des terreurs nocturnes avaient entre trois et sept fois plus de risques que les autres d'avoir ces comportements dans leur sommeil.

Relativement peu fréquent chez les enfants d'âge préscolaire, le somnambulisme se développe graduellement pour atteindre 13,4 % des enfants de 10 ans. Ce trouble du sommeil disparaît généralement à l'adolescence, bien qu'il persiste ou réapparaisse parfois à l'âge adulte. Les terreurs nocturnes sont un autre trouble du sommeil de la petite enfance. Elles surviennent le plus souvent à un très jeune âge, et diminuent à mesure que les enfants vieillissent.

Environ 47 % des somnambules parmi les sujets suivis avaient un parent qui l'avait déjà été.

XS
SM
MD
LG