Liens d'accessibilité

Sommet de l’OTAN, François Hollande relativise les tensions avec la Russie


Sommet de l'OTAN au Stade national à Varsovie, en Pologne, le 8 juillet 2016.

Sommet de l'OTAN au Stade national à Varsovie, en Pologne, le 8 juillet 2016.

Les tensions avec la Russie ont été relativisées par le président Français vendredi à Varsovie, alors que l'Otan va renforcer sa présence militaire en Europe orientale.

"L'Otan n'a pas du tout vocation à peser sur les relations que l'Europe doit avoir avec la Russie, et, pour la France, la Russie n'est pas un adversaire, n'est pas une menace", a déclaré le président français à son arrivée à la réunion.

Plusieurs Etats membres de l'Alliance atlantique, y compris les Etats-Unis, considèrent toutefois que l'Europe et l'Otan sont confrontées à un défi sécuritaire sans précédent dû à la résurgence de la puissance russe.

"Notre alliance transatlantique vit peut-être son moment le plus important depuis la fin de la Guerre froide", a averti le président Obama dans une tribune parue dans le quotidien Financial Times.

Face à Moscou, l'Otan suit un double mot d'ordre : fermeté dans l'affaire ukrainienne et dialogue pour tenter de bloquer la spirale des tensions provoquées par l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée en mars 2014.

"La Guerre froide, c'est de l'histoire et cela doit rester de l'histoire", a martelé le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, qui a annoncé une prochaine rencontre du conseil Otan-Russie au niveau des ambassadeurs dès le 13 juillet.

Dans un tel contexte, l'UE, potentiellement affaiblie par la sortie du Royaume-Uni, et l'Otan ont annoncé à Varsovie un renforcement de leur coopération, notamment dans l'échange de renseignements.

Pour les hôtes polonais du sommet comme pour leurs voisins baltes, qui redoutent le précédent ukrainien, la décision la plus importante attendue à Varsovie concerne le déploiement de quatre bataillons multinationaux, de 600 à 1.000 soldats chacun, en Estonie, Lettonie, Lituanie et Pologne.

Devançant cette annonce, M. Obama a confirmé le déploiement prochain de 1.000 soldats américains en Pologne.

La Grande-Bretagne, pour sa part, s'est engagée à envoyer 650 soldats, 500 en Estonie et 150 en Pologne. La Belgique en dépêchera 150, comme la France.

Tout en faisant l'éloge du pays hôte, M. Obama l'a cependant sommé de sortir de "l’impasse" politique liée à la réforme du Tribunal constitutionnel polonais entamée par le gouvernement conservateur, qui risque, selon l'opposition, de conduire à sa paralysie et qui inquiète les institutions européennes.

Le président Vladimir Poutine a quant à lui appelé Paris et Berlin à faire pression sur le gouvernement à Kiev pour qu'il applique les accords de paix de Minsk, censés mettre un terme au conflit avec les séparatistes prorusses.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG