Liens d'accessibilité

Somalie: une femme lapidée à mort par Al-Shabaab


La jeune mère était accusée par les islamistes somaliens de s’être simultanément mariée avec plusieurs hommes.

Une jeune somalienne de 33 ans a été lapidée à mort par des islamistes d’Al-Shabaab qui l’accusaient de polyandrie, plus précisément de s'être secrètement mariée avec au moins trois hommes en même temps.

Son exécution en public a eu lieu, vendredi 26 septembre 2014, dans la ville côtière de Barawe dans le sud de la Somalie. Enterrée jusqu'au cou, Safia Ahmed Jimale a été tuée à coups de pierres par des hommes cagoulés, après avoir été déclarée coupable en vertu de la charia (droit coranique), imposée par Al-Shabaab, un groupe affilié au réseau terroriste Al-Qaïda.

Un juge du tribunal islamique a déclaré à la foule présente lors de la mise à mort de la jeune mère qu’elle lui avait avoué son crime et en était pleinement consciente, après son interrogatoire en prison.

Lapidation d'une adolescente en 2008

Cette lapidation rappelle celle d’une autre jeune somalienne, exécutée en public le 28 octobre 2008 par des islamistes d’Al-Shabaab, qui l'accusaient d'adultère. Mais elle était en réalité une adolescente de 13 ans qui avait semble-t-il été violée, avait alors rapporté l'Organisation des Nations unies (Onu).

La jeune fille avait été lapidée à Kismayo devant des centaines de personnes après avoir été déclarée coupable en vertu de la charia par les autorités locales.

Des témoins avaient déclaré à l'époque qu'elle était âgée de 23 ans.

"Toutefois, des rapports montrent qu'elle avait été violée par trois hommes alors qu'elle se rendait à pied à Mogadiscio, capitale déchirée par la guerre, pour rendre visite à sa grand-mère", indiquait alors l'Unicef (Fonds mondial pour l'enfance) dans un communiqué publié en 2008.

L'organisation onusienne indiquait aussi qu'à la suite de cette agression, l'adolescente avait demandé la protection des autorités, qui l'avaient ensuite accusée d'adultère et l'avaient condamnée à mort. "Un enfant a été victime deux fois - d'abord des auteurs du viol et ensuite de ceux qui rendent la justice", ajoutait le communiqué.

Pour l'Unicef, cet incident illustrait la vulnérabilité des jeunes filles et des femmes en Somalie, déchirée par un conflit vieux de plus de 20 ans.

XS
SM
MD
LG