Liens d'accessibilité

Somalie : reddition d'un Américain combattant chez les Shebab


Un soldat somalien sur le lieu d'une attaque des Shebab à Mogadiscio, le 21 juin 2015. (AFP PHOTO / MOHAMED ABDIWAHAB )

Un soldat somalien sur le lieu d'une attaque des Shebab à Mogadiscio, le 21 juin 2015. (AFP PHOTO / MOHAMED ABDIWAHAB )

Malik Abdiwahab s'est livré lundi aux forces somaliennes et de l'Union africaine. Il "a fait défection après que les Shebab ont essayé de le tuer en raison de divergences" idéologiques, a expliqué un responsable.

Un Américain combattant en Somalie dans les rangs des islamistes shebab s'est rendu aux autorités, a annoncé mardi un responsable local, un mois après la reddition d'un autre jihadiste américain.

Selon Hussein Mohamed, préfet de Barawe, Malik Abdiwahab s'est livré lundi matin aux forces somaliennes et de l'Union africaine (Amisom), près de cette localité portuaire de la côte sud de la Somalie.

Il "a fait défection après que les shebab ont essayé de le tuer en raison de divergences" idéologiques, a expliqué à l'AFP Hussein Mohamed, le décrivant comme un "Afro-américain d'âge moyen".

"Il nous a dit avoir fui car sa vie était menacée après une querelle avec des camarades sur des questions d'idéologie", a ajouté ce responsable.

Un autre cas début novembre

Début novembre, un autre Américain enrôlé chez les shebab, Mohamed Abdullahi Hassan, connu sous son nom de guerre "Mujahid Miski" pour ses messages favorables à l'Etat islamique (EI) postés sur les réseaux sociaux, s'était rendu aux autorités somaliennes.

Les shebab, liés à Al-Qaïda, combattent depuis 2007 les fragiles autorités somaliennes, soutenues par l'Amisom. Selon les experts, des divisions sont apparues au sein du mouvement à la faveur de la montée en puissance de l'EI, qui attire de plus en plus de jihadistes étrangers et de groupes islamistes.

Seuls une poignée de groupes au sein des shebab ont récemment fait défection vers l'EI, selon les observateurs, qui estiment qu'ils ont été châtiés et leurs chefs tués par les fidèles d'Ahmed Diriye, le successeur d'Ahmed Abdi "Godane" à la tête des shebab, qui cherche à raffermir son autorité.

"Godane" - tué en septembre 2014 - avait fait allégeance en 2009 à Oussama ben Laden. Le successeur de ben Laden à la tête d'Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, l'avait ensuite promu chef des "moujahidines" d'Afrique de l'Est, après la mort le 8 juin 2011 à Mogadiscio du Comorien Fazul Abdullah Muhammad, chef du réseau dans la région.

En 2013 déjà, une sanglante purge interne menée par Godane contre ceux contestant son autorité, avait conduit à la mort d'Abou Mansour Al-Amriki ("Mansour l'Américain"), un des rares jihadistes blancs en Somalie, qui relayait activement la propagande shebab sur internet à coups de tweets railleurs et de raps jihadistes. Les Etats-Unis, son pays d'origine, avaient mis sa tête à prix 5 millions de dollars.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG