Liens d'accessibilité

Des Shabaab tués par une frappe américaine


ARCHIVES - Les dégats après un attentat attribué aux milices Shebab près du ministère de l'Education à Mogadiscio, le 14 avril 2015.

ARCHIVES - Les dégats après un attentat attribué aux milices Shebab près du ministère de l'Education à Mogadiscio, le 14 avril 2015.

Selon des chefs locaux des environs de la ville de Bardhere, dans la région de Gedo , deux missiles au moins ont touché des véhicules transportant des combattants du groupe armé affilié à Al-Qaïda.

Des missiles tirés par un avion militaire non identifié ont frappé jeudi des cibles shebab dans le sud de la Somalie, faisant des victimes au sein du groupe islamiste, a-t-on appris de sources concordantes.

"Nous avons entendu deux grosses explosions et, selon nos informations, des véhicules auraient été ciblés à proximité d'une base militaire shebab", a déclaré Abdiwahab Ali, chef d'un village proche du lieu de l'attaque.

"Les habitants du village nous disent qu'un missile tiré d'un avion a atteint un véhicule et un camp militaire des shebab", a ajouté un autre chef local, Hassan Gesle.

Immédiatement après l'attaque, le réseau téléphonique a été coupé à Bardhere, rendant impossible toute communication avec les islamistes shebab pour vérifier ces informations.

Les responsables administratifs de la région ont confirmé le raid aérien, sans pouvoir préciser qui était visé.

Ni l'armée somalienne ni la force de l'Union africaine dans le pays (Amisom) ne disposent d'avions militaires. Les Etats-Unis ont quant à eux effectué ces dernières années plusieurs tirs de drones contre le groupe islamiste, revendiquant notamment une attaque ayant coûté la vie au chef des shebab, Ahmed Abdi Godane, en septembre dernier.

Ahmed Bare, officier de l'armée somalienne en poste dans la ville voisine d'Elwaq, a indiqué que les commandants shebab avaient quitté Bardhere, l'une des rares villes encore sous leur contrôle, avant un assaut des forces régulières somaliennes.

En juin, les forces de sécurité somaliennes avaient affirmé avoir lancé un raid contre Bardhere et tué des responsables islamistes.

A la même époque, les combattants shebab avaient pris d'assaut une base de l'Amisom à Lego, tuant plusieurs dizaines de soldats burundais.

A la tête d'une insurrection depuis 2007, les shebab ("les jeunes" en arabe) ont juré la perte des autorités somaliennes portées à bout de bras par les pays occidentaux et appuyées militairement par l'Amisom.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG