Liens d'accessibilité

Dix pirates somaliens jugés en Allemagne

  • Morgane Guirriec

Des pirates

Des pirates

Le procès a debuté lundi et c'est la premiere fois que ce pays juge un cas de piraterie depuis près de quatre siècles.

Les dix Somaliens ont été arrêtés en avril dernier peu après avoir tenté de capturer le cargo allemand « Taipan ». Pour le procureur de la république, Wilhem Moellers, le dossier d’accusation est solide.

« Le ministère public a présenté environ 22 témoins à la Cour, ainsi que des preuves, y compris des armes prises aux pirates », a-t-il expliqué.

Selon le procureur, les suspects, à bord de vedettes rapides, avaient intercepté le cargo « Taipan » et tiré une roquette à bord avant d’aller à l’abordage. L’équipage du cargo leur a échappé en se réfugiant dans une salle sécurisée.

La piraterie n’est que le résultat de l’instabilité politique en Somalie et aussi de la surpêche dans les eaux territoriales somaliennes, a souligné, de son côté, la défense, dans une déclaration.

Traduire des Somaliens pour piraterie devant un tribunal occidental n’est pas une bonne idée, estime Peter Lehr, chercheur au Centre pour l’étude du terrorisme et de la violence politique à l’université de St. Andrews, en Ecosse : « Si vous placez une personne originaire de la Somalie - où vous devez vous battre quotidiennement pour la survie- dans un système occidental de prison, avec la possibilité de demeurer sur place après avoir demandé l’asile politique, cela ne peut simplement pas marcher », a expliqué Peter Lehr.

Le juge Bernd Steinmetz, (à gauche) ouvre le proces contre les dix Somaliens accusés de piraterie, en Allemagne a le 22 Novembre 2010.

Le juge Bernd Steinmetz, (à gauche) ouvre le proces contre les dix Somaliens accusés de piraterie, en Allemagne a le 22 Novembre 2010.

L’un des avocats de la défense a révélé qu’un des suspects a demandé asile, mais qu’il ignore ce qu’il adviendra après le procès.

Pour Peter Lehr, la solution au problème de la piraterie au large de la Corne de l’Afrique se trouve en Somalie. « Il est, en fait, mieux de rétablir l’ordre et l’état de droit en Somalie, ce qui se traduirait, sur le long terme, par une réduction de la piraterie. »

Le procès des dix Somaliens durera plusieurs mois. Il se tient devant un tribunal pour enfants puisque plusieurs des accusés avaient moins de 18 ans au moment des faits. L’un était âgé de 13 ans. Les dix risquent jusqu’à 15 ans de prison.

Selon le Bureau maritime international, 23 navires sont actuellement retenus par les pirates somaliens.

XS
SM
MD
LG