Liens d'accessibilité

Bientôt 1600 soldats français en Centrafrique


Un soldat français dans Bangui, le 7 décembre 2013

Un soldat français dans Bangui, le 7 décembre 2013

Le dispositif français en Centrafrique monte en puissance. Paris dispose désormais de 1200 soldats déjà sur le terrain pour tenter de mettre fin au chaos qui règne dans le pays.

Joint par la Voix de l’Amérique, le porte-parole de l’état-major des armées françaises explique que “24h après la demande du président de la république de doubler nos forces sur le terrain, l’objectif est atteint. Des soldats français sont arrivés du Gabon, d’autres ont franchi ce matin la frontière camerounaise et se trouvent à Bouar. Nous avons aussi envoyé une compagnie de parachutistes depuis Toulouse en direction de Bangui.“
Selon le Colonel Gilles Jarron, les soldats français ont pour mission principale de sécuriser Bangui mais des éléments sont aussi en route vers le nord, peut-être pour atteindre Bossangoa.

Le dispositif français devait atteindre 1600 soldats entre samedi et dimanche selon François Hollande. L’Union africaine s'est engagée à déployer une force africaine sur le terrain de 6 000 hommes.

Pendant ce temps, dans Bangui, c’est l’accalmie et on continue de ramasser les cadavres dans les rues de la capitale centrafricaine transformée en ville fantôme.

Contacté samedi soir par la VOA, l'archevêque de Bangui raconte avoir vu "un seul magasin ouvert en centre-ville. Tout le reste est fermé alors que la Croix-Rouge continue de ramasser des corps."

Mgr Dieudonné Nzapalainga lance aussi un appel à ne pas commettre de violences contre les musulmans : "les anti-balaka ont détruit la mosquée au niveau du 7e arrondissement. Je condamne ce genre d'acte. Je demande à tous ceux qui se disent chrétiens de ne pas tuer leurs frères musulmans. On ne peut pas tomber dans la barbarie."
Pourtant ce samedi les autorités appellent les Centrafricains à reprendre demain leurs activités. Le porte-parole de la présidence centrafricaine, Guy-Simplice Kodégué, précise à la VOA que "la situation est maîtrisée. Rien ne peut empêcher les Centrafricains de sortir".

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG