Liens d'accessibilité

Snowden appelle à l'action et non à la "peur" de Donald Trump


Edward Snowden dans le film "Citizenfour"

Edward Snowden dans le film "Citizenfour"

L'ancien consultant de l'agence de sécurité américaine NSA Edward Snowden a appelé les populations à "travailler ensemble" pour se protéger des surveillances intrusives menées par les gouvernements alors que Donald Trump se prépare à recevoir les clés de la Maison blanche.

Si nous désirons un monde meilleur, nous ne pouvons espérer un Obama et nous ne pouvons pas être effrayés par un Donald Trump : nous devons le construire nous-mêmes", a affirmé le lanceur d'alerte jeudi soir, en s'adressant à un public néerlandais par vidéoconférence depuis la Russie où il s'est réfugié.

La victoire mardi du candidat républicain est "un moment sombre dans notre histoire mais ce n'en est pas la fin". "Si nous travaillons ensemble, nous pouvons construire quelque chose de mieux, nous pouvons profiter d'une société plus libre et plus libérale, dont tous pourront tirer profit", a-t-il ajouté.

En 2013, Edward Snowden avait transmis à des journalistes des milliers de documents protégés, révélant les vastes programmes de surveillance d'internet mis en place après les attaques du 11 septembre 2001.

A 33 ans, le jeune homme, recherché par les Etats-Unis, vit reclus dans un lieu secret en Russie, où le Kremlin lui a accordé l'asile jusqu'en 2017.

"J'essaie de ne pas percevoir ceci comme le sujet d'une seule élection, d'un seul président ou même d'un seul gouvernement car nous voyons ces menaces traverser les frontières", a assuré alors qu'il s'exprimait à l'occasion de l'avant-première du film consacré à son parcours par le réalisateur américain Oliver Stone.

Edward Snowden a également évoqué les lois antiterroristes adoptées par les députés russes en juin, qui relèvent selon lui de "Big Brother" et de la "surveillance de masse".

Bien qu'il serait "fou" d'exclure que Vladimir Poutine puisse former un accord avec Donald Trump pour son extradition, Edward Snowden affirme ne pas être inquiet.

"Même si ce qu'il m'arrive m'importe évidemment, je suis la partie la moins importante de tout ceci : ce n'est pas à propos de moi, c'est à propos de nous", a-t-il ajouté, soulignant qu'il fallait se concentrer sur la résistance aux "dangers civiques contre tout le monde" et non sur des cas individuels.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG