Liens d'accessibilité

Sit-in des victimes l’ex-DDS à N’Djamena


Des manifestants brandissent une banderole indiquant « Plus jamais ça » lors du sit-in des victimes des exactions perpétrées par l’ex-Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), service des renseignements sous le régime du dictateur tchadien Hi

Les victimes des exactions perpétrées par l’ex-Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), service des renseignements sous le régime du dictateur tchadien Hissein Habré, ont tenu un sit-in samedi à N’Djamena pour dénoncer la libération discrète de deux de leurs bourreaux condamnés il y a deux ans à des travaux forcés.

La manifestation a perturbé la circulation pendant quelques minutes aux alentours du siège de l’association regroupant les rescapés de ces exactions et les proches des victimes décédées.

Sit-in des victimes des exactions perpétrées par l’ex-Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), service des renseignements sous le régime du dictateur tchadien Hissein Habré, à N’Djamena, 25 mars 2017. (VOA/André Kodmadjingar)
Sit-in des victimes des exactions perpétrées par l’ex-Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), service des renseignements sous le régime du dictateur tchadien Hissein Habré, à N’Djamena, 25 mars 2017. (VOA/André Kodmadjingar)

Les manifestants ont déclaré sur place à VOA Afrique qu’ils étaient surpris de la libération discrète de deux de leurs bourreaux pourtant condamnés à des travaux forcés.

Les manifestants ont également dénoncé la non-exécution de la décision de la cour criminelle de N'Djamena qui a condamné l'état tchadien le 25 mars 2015 à verser aux victimes 75 milliards CFA pour leur indemnisation, à ériger un monument sur le site d'Amral-Goze, à la sortie nord de N'Djamena en mémoire des victimes, et à transformer le siège de la célèbre DDS en Musée.

Reportage d’André Kodmadjingar, à N’Djamena pour VOA Afrique

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG