Liens d'accessibilité

Signature prévue lundi d’un accord entre Kinshasa et le M23


Des soldats congolais gardent des éléments du M23 qui se sont rendus dans le village de Chanzo dans le territoire de Rutshuru, près de la ville de Goma, le 5 novembre 2013.

Des soldats congolais gardent des éléments du M23 qui se sont rendus dans le village de Chanzo dans le territoire de Rutshuru, près de la ville de Goma, le 5 novembre 2013.

Le M23, qui a renoncé cette semaine à sa rébellion, affirme qu'il va désormais poursuivre ses objectifs par des moyens politiques.

L'Ouganda qui abrite les pourparlers inter-congolais, affirme que le gouvernement de la République Démocratique du Congo va signer un accord de paix lundi prochain avec le groupe rebelle du M23, qui a renoncé, cette semaine, à sa rébellion.

Un porte-parole du gouvernement ougandais assure que le projet d'accord est prêt et contient les détails sur le processus de démobilisation des combattants rebelles dont certains seront probablement intégrés dans l'armée congolaise.

Le M23 a annoncé la fin de sa rébellion au début de cette semaine après que les forces gouvernementales congolaises, soutenues par les troupes de l'ONU, ont saisi le dernier des bastions du groupe dans la province du Nord -Kivu.

Le Général Sultani Makenga, chef militaire du M23.

Le Général Sultani Makenga, chef militaire du M23.

Le mouvement rebelle affirme qu'il va désormais poursuivre ses objectifs par des moyens politiques.

L’Ouganda retient le chef militaire du M23, Sultani Makenga, qui a franchi la frontière cette semaine avec au moins 1.500 combattants rebelles.

Par ailleurs, la Croix-Rouge rwandaise rapporte que 95 combattants blessés du M23 ont trouvé refuge au Rwanda.

La reddition de M23 a soulevé un espoir de paix dans l'Est du Congo, qui a été ravagé par des années de guerre entre le gouvernement et divers groupes rebelles qui sont souvent en concurrence pour le contrôle des riches mines de la région.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG