Liens d'accessibilité

Sierra-Leone: la Croix-Rouge laisse partir ses premiers survivants du virus à Ebola


Kadiatu Bangura, 11 ans, qui a survécu à l'Ebola, dans les bras de son frère Emmanuel (VOA)

Kadiatu Bangura, 11 ans, qui a survécu à l'Ebola, dans les bras de son frère Emmanuel (VOA)

Un centre de traitement de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FISCR) à Kenema, l'un des districts de la Sierra Leone les plus touchés par l'épidémie d’Ebola, a laissé partir ses premiers patients guéris.

Selon le ministère sierra-léonais de la Santé, au moins 423 cas de fièvre hémorragique à virus Ebola ont été recensés dans le secteur de Kenema. Parmi eux: Kadiatu Bangura, 11 ans, qui a survécu à la maladie, explique son frère Emmanuel. « Je suis heureux. Je remercie Dieu, qui m’a rendu ma sœur, car je sais que c’est une maladie mortelle », dit-il.

Dans un village des alentours, du secteur de Waterloo, Osman Sesay brandit, très fier, un certificat de guérison que lui a remis la Croix-Rouge.
Il n’empêche, explique Gandi Kallon, du ministère sierra-léonais de la Santé, les survivants du virus à Ebola ont bien des obstacles à surmonter.

« Le retour d’un survivant dans sa communauté représente un grand défi … dont la stigmatisation, qui est un problème majeur non seulement pour les survivants, mais pour les malades qui veulent se déclarer et gagner un hôpital pour être soignés », explique M. Kallon.

D’où les efforts de la Croix-Rouge pour conseiller les survivants, avant leur réintégration. Ses volontaires rencontrent également les familles, les chefs traditionnels et les communautés, pour expliquer. Par ailleurs, le programme de sensibilisation aux dangers présentés par le virus à Ebola se poursuit. D’autant que la détection précoce de la maladie semble essentielle à la survie.

XS
SM
MD
LG