Liens d'accessibilité

Si elle est élue, Marine Le Pen supprimera la coopération internationale de sa région


Marine Le Pen, le 7 décembre 2015 à Lille. (AP Photo/Michel Spingler)

Marine Le Pen, le 7 décembre 2015 à Lille. (AP Photo/Michel Spingler)

La région Nord-Pas-de Calais mène une série de projets de coopération au Mali, au Sénégal, à Madagascar, au Brésil mais aussi dans la région polonaise de Silésie. L'enveloppe est de moins de 6 millions d'euros.

La dirigeante du parti d'extrême droite français Front national Marine Le Pen entend supprimer "toute la coopération internationale" de la région Nord-Pas-de-Calais Picardie, dont elle ambitionne de décrocher la présidence dimanche 13 décembre.

"Je pense que ce n'est pas du tout le rôle de la région que de payer des moustiquaires aux détenus au Sénégal dans le cadre de la lutte contre le paludisme", a déclaré Mme Le Pen sur la radio RMC.

"Dans notre région où les maladies graves et le cancer notamment font des ravages, les enfants autistes, on est obligés de les envoyer en Belgique parce qu'on n'a pas de structures pour les accueillir", a-t-elle ajouté.

Donc "je vais supprimer toute la coopération internationale (...) parce que chaque euro dépensé devra être un euro utile pour la région et les habitants", a poursuivi la candidate FN, arrivée en tête dans cette région frontalière de la Belgique avec plus de 40 % des voix lors du premier tour des élections régionales dimanche.

Patriotisme économique

La région Nord-Pas-de Calais mène une série de projets de coopération au Mali, au Sénégal, à Madagascar, au Brésil mais aussi dans la région polonaise de Silésie. L'enveloppe attribuée à ces projets est de moins de 6 millions d'euros sur un budget total de 1,7 milliard, selon l'exécutif régional.

Marine Le Pen a par ailleurs réaffirmé son souhait de "mettre en oeuvre le patriotisme économique", si elle accède à la présidence de la région.

"Nous allons faire en sorte que l'argent public dépensé dans le cadre des marchés publics de la région bénéficie aux entreprises locales pour développer l'emploi local. Nous allons écarter les entreprises qui font appel à des travailleurs détachés", a-t-elle ajouté.

Le détachement permet à une entreprise européenne d'envoyer temporairement ses salariés en mission dans d'autres pays de l'Union européenne, en respectant les règles de rémunération du pays d'accueil tout en payant les cotisations sociales dans le pays d'origine.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG