Liens d'accessibilité

Shekau dénonce dans une vidéo les "mensonges" du Cameroun


Le leader le groupe islamiste Boko Haram Abubakar Shekau fait une déclaration depuis un endroit non divulgué, capture d'écran prise le 25 Septembre 2016 d'une vidéo publiée sur Youtube.

Le leader le groupe islamiste Boko Haram Abubakar Shekau fait une déclaration depuis un endroit non divulgué, capture d'écran prise le 25 Septembre 2016 d'une vidéo publiée sur Youtube.

Le leader de Boko Haram a revendiqué dans une vidéo la responsabilité d'une série d'attentats-suicide, niant les affirmations selon lesquelles des dizaines de ses combattants ont été tués.

Assis, une mitrailleuse lourde devant lui et flanqué de deux combattants masqués, Abubakar Shekau s'exprime longuement dans une vidéo de 27 minutes obtenue vendredi par l'AFP.

Alternant entre les langues haoussa, kanouri, et arabe, Shekau affirme que les images datent de jeudi et qu'il est "en bonne santé", réfutant les rumeurs selon lesquelles il aurait été blessé.

Il semble toutefois diminué par rapport à ses précédentes apparitions, s'exprimant avec lenteur et difficulté.

Le chef s'en prend aux présidents de la coalition régionale contre son groupe islamiste, notamment au Camerounais Paul Biya, dont le gouvernement a annoncé mercredi que 60 islamistes avaient été tués et 21 arrêtés par l'armée.

Le porte-parole du gouvernement camerounais, Issa Tchiroma Bakary, a également affirmé que plus de 5.000 "otages" civils avaient été libérés lors d'opérations militaires à la frontière avec le Nigeria du 27 février au 7 mars.

"Nous avons combattu le long de la frontière camerounaise. Vous avez menti en affirmant que vous avez tué 60 de nos combattants, que vous avez arrêté 20 de nos hommes, que vous avez libéré 5.000 personnes", a répliqué Shekau.

"Paul Biya, tu ne peux pas arrêter de mentir? Est-ce avec cela que tu vas convaincre l'Occident, tes dirigeants? C'est dommage, fais attention, Paul Biya".

Shekau était apparu pour la dernière fois dans un message vidéo en décembre 2016, après que l'armée nigériane a assuré avoir chassé les combattants de Boko Haram d'un de leur bastion, la forêt de Sambisa.

Depuis deux ans, les islamistes ont été chassés de la plupart des territoires dont ils s'étaient emparés en 2014 pour fonder un califat islamique.

Mais Shekau a réaffirmé que son "califat fonctionne bien".

Malgré l'affaiblissement de l'insurrection, les attaques et attentats-suicide continuent quasiment chaque semaine, en particulier dans la capitale de l'État de Borno, Maiduguri.

Au moins deux personnes ont encore été tuées mercredi lorsque quatre femmes kamikazes se sont fait exploser dans la ville.

Shekau a déclaré que le groupe était "responsable de toutes les attaques-suicide à Maiduguri et nous allons continuer".

Boko Haram avait publié lundi une autre vidéo montrant l'exécution de trois hommes censés être des espions du gouvernement.

La dernière vidéo montre par ailleurs des insurgés en tenue camouflage avec des fusils d'assaut et ce qui semble être des uniformes confisqués à la police et l'armée camerounaises.

Un combattant parle en français avec un fort accent, apportant du crédit aux théories selon lesquelles Boko Haram a recruté dans les pays francophones voisins du Nigeria.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG