Liens d'accessibilité

Services Secrets : une nouvelle faille signalée


La directrice des Services secrets, Julia Pierson, témoignant au Congrès sur les défaillance des services de sécurité protégeant le président Barack Obama (Reuters)

La directrice des Services secrets, Julia Pierson, témoignant au Congrès sur les défaillance des services de sécurité protégeant le président Barack Obama (Reuters)

Les média américains évoquaient ce mercredi une nouvelle faille dans la sécurité du président Barack Obama et de sa famille.

Un garde armé travaillant pour une société de sécurité privée serait resté dans un ascenseur avec M. Obama, lors de sa visite aux Centres de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention ou CDC) à Atlanta en Géorgie.

M. Obama s’est rendu dans cette ville en septembre, pour discuter de la crise de l'Ébola. Le garde a commencé à prendre des photos du président avec son portable, alors même que les agents des Services secrets le priaient d’arrêter.

Les Services secrets ignoraient que le garde soit armé, alors même que le protocole de l’agence prévoit qu'aucune personne approchant le président ne peut être armée, sauf autorisation spéciale. Ils ne l’ont su que par le supérieur hiérarchique du vigile, qui lui a réclamé son arme. Ils ont par la suite découvert que l’homme en question avait été condamnés à trois reprises pour coups et blessures.

Cet incident a été rapporté par les média peu après que la chef des Services secrets, Julia Pierson, eut témoigné devant une commission du Congrès sur une autre affaire, l’intrusion le 19 septembre d’un ancien combattant de l’armée américaine. Omar Gonzalez, 42 ans, a escaladé la clôture de la Maison-Blanche et traversé le jardin avant de pénétrer dans la demeure présidentielle, où il a enfin été appréhendé. Cet incident s'est produit trois jours seulement après celui d'Atlanta.

Selon Mme Pierson, Gonzalez a pu parcourir plusieurs salles d'apparat du premier étage de la Maison-Blanche. Au début, les Services secrets avaient affirmé qu’il avait été intercepté à l'intérieur d'une porte de la Maison-Blanche déverrouillée, et qu'il n'était pas armé. Or, un couteau a été retrouvé dans une de ses poches.

Le président et ses filles avaient quitté la résidence peu avant l'incident.

« Il est clair que notre plan de sécurité n'a pas été correctement exécuté. C'est inacceptable et j’endosse l'entière responsabilité » de cet incident, a dit Mme Pierson, en ajoutant : « Je ferai en sorte que cela ne se reproduise pas ».

Gonzalez a servi neuf ans dans l'armée américaine, y compris en Irak. Il est actuellement incarcéré à Washington, sous inculpation d’avoir pénétré dans un bâtiment restreint tout en portant une arme. S'il est reconnu coupable, il risque jusqu'à 10 ans de prison.

XS
SM
MD
LG