Liens d'accessibilité

Sept djihadistes tués près de la frontière entre le Mali et le Burkina


Des enfants assis sur une rue à côté d'un véhicule de l'ONU qui passe à Kidal, Mali, 23 juillet 2015.

Des enfants assis sur une rue à côté d'un véhicule de l'ONU qui passe à Kidal, Mali, 23 juillet 2015.

Des affrontements se sont déroulés dans une zone boisée à une trentaine de kilomètres de la frontière avec le Burkina Faso, la forêt de Tiébanda, où les islamistes tentaient d'installer une base.

Des sources au gouvernorat de Mopti et au ministère malien de la Défense affirment que les djihadistes ont voulu faire de l'endroit leur base pour attaquer le Mali et le Burkina Faso. "Les terroristes" ont été tués mercredi soir, ont-ils indiqué à l'AFP.

"La forêt de Tiébanda est dense. Les terroristes... avaient du matériel militaire lourd. Nous avons tué sept assaillants, et blessés dix autres". Il n'y a eu "aucune victime dans nos rangs", a déclaré le même responsable ayant requis l'anonymat.

De même source, ce sont "les éléments de la région militaire de Mopti qui ont mené les opérations" contre les jihadistes.

Les affrontements et le bilan ont également été rapportés par un responsable au gouvernorat de Mopti, chef-lieu de région.

"Sept jihadistes que nous, nous appelons terroristes, ont été tués mercredi dans une forêt malienne située à 30 km de la frontière avec le Burkina Faso. L'armée a attaqué la base de ces terroristes", a-t-il affirmé, également sous couvert d'anonymat.

D'après lui, l'alerte sur la présence des jihadistes a été donnée par deux jeunes qu'ils avaient enrôlés de force et qui ont réussi à s'échapper de la forêt. Ils ont fourni aux autorités des informations "utiles".

Sollicitée par l'AFP, une source militaire malienne a simplement indiqué qu'un renfort de l'armée avait été dépêché jeudi dans la zone des affrontements, avec pour mission de "nettoyer le coin et empêcher le groupe de se reconstituer".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG