Liens d'accessibilité

Sénégal: la société reste sur sa faim après le discours d'Abdoulaye Wade


Vue de Sicap Mbao, un quartier proche de Dakar (archives)

Vue de Sicap Mbao, un quartier proche de Dakar (archives)

Après ce discours l’un des leaders du mouvement du 23 juin en appelle à l’intervention de la communauté internationale pour signifier au dirigeant sénégalais la nécessité de s’abstenir de l’élection présidentielle de février 2012.


Au lendemain du discours du président sénégalais Abdoulaye Wade, son premier discours depuis les émeutes du 23 juin qui l’avaient amené à retirer son dernier projet de réforme, les réactions fusent de toute part. L'opinion qui prévaut, en général, est que ce discours, où M. Wade a tendu la main à ses opposants et les a invités à des élections anticipées, a laissé la population sur sa faim.

La Voix de l'Amérique a obtenu la réaction de Mohammed Mbodji du Forum civil à Dakar. Il voit dans ce discours une répétion des promesses faites dans le passé par le président Wade. Il accuse le chef de l'Etat de n'avoir pas tenu ses engagements antérieurs, donc de ne pas mériter la confiance des citoyens quant aux éléments avancés dans ce discours du 14 juillet. Ecoutez un extrait de cet entretien.



Après avoir entendu le président Abdoulaye Wade, un défenseur des droits humains et l’un des leaders du mouvement du 23 juin en appelle à l’intervention de la communauté internationale pour signifier au dirigeant sénégalais la nécessité de s’abstenir de l’élection présidentielle de février 2012. Alioune Tine préside la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme, RADDHO.

Cliquez sur le lecteur ci-dessous pour l'écouter.

XS
SM
MD
LG