Liens d'accessibilité

Levée de l'interdiction du festival de jazz de Saint-Louis


Des spectateurs dansent lors d'une performance de du groupe Wato dans un bar Saint-Louis, à Dakar, Senegal, 18 mai 2013.

Des spectateurs dansent lors d'une performance de du groupe Wato dans un bar Saint-Louis, à Dakar, Senegal, 18 mai 2013.

Les autorités sénégalaises annoncent que les mesures de sécurité nécessaires ont été prises pour laisser le grand festival de jazz de St-Louis avoir lieu comme initialement prévu.

Une annonce interdisant le festival avait faite il y a quelques jours par crainte que l’événement ne soit visé par une attaque djihadiste, il en a été le cas récemment en Afrique de l'Ouest.

L'annonce a été faite par le gouverneur de la région de Saint-Louis, Alioune Aïdara Niang, et le président de l'Association Saint-Louis Jazz, Ibrahima Diop, lors d'une conférence de presse commune à la préfecture de la ville.

"Victoire : l'interdiction sur le Festival Saint-Louis Jazz est levée !", s'est aussitôt réjoui sur Twitter @JazzSaintLouis, compte officiel de l'évènement qui, selon le programme initial, doit s'ouvrir le 11 mai pour cinq jours avec à l'affiche des artistes d'une dizaine de pays dont Cheikh Lô (Sénégal) et Marcus Miller (Etats-Unis).

Les discussions avaient été lancées mardi avec des responsables du festival et le préfet du département de Saint-Louis, Mme Mariama Traoré qui, dans un arrêté révélé le même jour, avait interdit "les manifestations liées au Festival de jazz de Saint-Louis devant se tenir sur la voie publique et dans les lieux publics".

Comme motifs de l'interdiction, le texte évoquait le contexte sécuritaire ambiant, la vulnérabilité de la commune de Saint-Louis et le refus des organisateurs de s'engager dans l'effort de sécurité".

Des attentats jihadistes ont frappé ces derniers mois plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, dont la Côte d'Ivoire (19 morts à Grand-Bassam, près d'Abidjan en mars). Le Sénégal, jusqu'à présent épargné, a cependant renforcé la sécurité dans de nombreux lieux publics, comme les hôtels et les administrations.

"Le volume d'hommes à engager pour la sécurité de l'évènement dépasse de très loin les possibilités de l'Association Saint-Louis Jazz et ça, nous l'avons compris", a déclaré le gouverneur Alioune Aïdara Niang, assurant que, finalement, "la sécurité sera au rendez-vous".

"Le festival de jazz de Saint-Louis aura bel et bien lieu", a déclaré Ibrahima Diop, le président de l'association, formulant le souhait que "ceux qui étaient en voie d'annuler leur réservation" effectuent le déplacement pour l'évènement.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG