Liens d'accessibilité

Sénégal : des entreprises turques remplacent le saoudien BinLaden pour finir le nouvel aéroport


Un aiguilleur de l’air dirige un avion de Senegal Airlines à l’aéroport international de Dakar, Sénégal (archives)

Un aiguilleur de l’air dirige un avion de Senegal Airlines à l’aéroport international de Dakar, Sénégal (archives)

Le consortium turc s'est engagé à finir "les 15% des travaux restants" dans un délai de huit mois, soit en décembre 2016, avant la mise en service de l'aéroport prévue en avril 2017, a affirmé la ministre chargée des Transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck.

L'Etat du Sénégal a signé deux accords avec un groupement turc pour terminer les travaux du nouvel aéroport de Dakar, entamés en 2007 par le géant saoudien du BTP BinLaden Group, et exploiter la future infrastructure, rapportent jeudi les médias locaux.

Le premier accord, paraphé mercredi à Dakar, confie aux sociétés turques Summa et Limak l'achèvement des travaux de l'aéroport international Blaise Diagne (AIBD), à 42 km à l'est de Dakar, rapportent ces médias, dont l'Agence de presse sénégalaise (APS, publique) et le quotidien pro-gouvernemental "Le Soleil".

La date du terme des travaux de l'AIBD, initialement prévu en 2010, a été plusieurs fois repoussée.

Le consortium turc s'est engagé à finir "les 15% des travaux restants" dans un délai de huit mois, soit en décembre 2016, avant la mise en service de l'aéroport prévue en avril 2017, a affirmé la ministre chargée des Transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck.

"La société Saudi BinLaden Group qui était chargée de la construction de l'aéroport a négocié un contrat avec le groupement Summa-Limak qui devra finaliser la construction de l'aéroport sous sa responsabilité", précise "Le Soleil", sans plus de détails.

Après plusieurs avenants signés depuis 2007 avec le groupe saoudien, les autorités sénégalaises ont refusé de payer les 65 milliards de francs CFA (près de 100 millions d'euros) que réclamait celui-ci pour finir les travaux.

Le deuxième accord attribue au groupement turc une "concession de 25 ans" pour l'exploitation du nouvel aéroport, après le retrait de la société allemande Fraport, qui gère l'aéroport de Francfort, selon les mêmes sources.

La signature de cet accord intervient après la création récente par le Sénégal d'une nouvelle compagnie aérienne nationale, Air Sénégal SA, qui remplace Senegal Airlines, lancée en 2009 et qui a fait faillite.

Le gouvernement veut qu'un avion de cette nouvelle compagnie inaugure les vols commerciaux de l'AIBD, avait déclaré Maïmouna Ndoye Seck le 15 avril, lors de la création d'Air Sénégal SA.

Dakar et Ankara sont également en discussions pour un "partenariat" entre Turkish Airlines et cette future compagnie, selon des médias locaux.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG