Liens d'accessibilité

Sénégal: 900 interpellations dans des opérations de prévention de la "menace terroriste"


Photo d’archives : des gens sont photographiés sur une plage à côté de pirogues de pêche à Dakar, au Sénégal, le 21 juin 2013.

Photo d’archives : des gens sont photographiés sur une plage à côté de pirogues de pêche à Dakar, au Sénégal, le 21 juin 2013.

La police sénégalaise a annoncé lundi avoir mené pendant le week-end des opérations de sécurisation pour prévenir "la menace terroriste" à la suite de l'intensification des attentats en Afrique de l'Ouest.

Les forces de l'ordre ont indiqué avoir interpellé plus de 900 personnes, en grande partie pour vérification d'identité.

Ces interpellations ont eu lieu dans les régions de Dakar et de Thiès (ouest) vendredi, samedi et dimanche, "dans un contexte spécial de prévention et de riposte à la menace terroriste", a précisé la police dans un communiqué.

Elles ont été motivées en grande majorité par des infractions ou situations ordinaires, telles que vérification d'identité ou ivresse publique, et ont permis de saisir des véhicules, des motos et de la drogue, selon la police.

Les régions de Dakar et de Thiès abritent beaucoup d'établissements hôteliers et des stations balnéaires fréquentés par de nombreux expatriés occidentaux, comme au Burkina Faso où un café-restaurant de Ouagadougou a été visé le 15 janvier par un attentat jihadiste qui a fait une trentaine de morts, en majorité des étrangers.

Le 20 novembre 2015, une autre attaque jihadiste contre un grand hôtel de la capitale malienne, Bamako avait fait 20 morts, dont 14 étrangers, outre les deux assaillants.

Le ministre sénégalais de l'Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo a affirmé le 21 janvier devant l'Assemblée nationale avoir donné instruction aux gérants d'hôtels, en particulier les plus importants, de sécuriser leurs établissements, sous peine de fermeture.

Il a également annoncé la mise en place d'une "cellule de lutte antiterroriste coordonnée par le ministre de l'Intérieur".

Le directeur général de la police sénégalaise, Oumar Mal, a appelé ses hommes "à plus de vigilance et à travailler en collaboration avec les populations sans lesquelles aucune mesure de sécurité ne serait efficiente", selon le communiqué.

Le Sénégal, réputé pratiquer un islam tolérant, est encore épargné par les attentats jihadistes. Le pays a envoyé des troupes dans le nord du Mali dans le cadre de la Mission de l'ONU (Minusma), où plusieurs de ses soldats ont été tués ou blessés par des attaques jihadistes.

Lors du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique en novembre, le président sénégalais Macky Sall a appelé les pays africains à promouvoir un "islam tolérant" et à échanger du renseignement pour lutter contre l'expansion du jihadisme sur le continent.

AFP

XS
SM
MD
LG